Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 22:48

 

 

logomlpc

Bangui, 14 janv 2012 (C.A.P) - L'esplanade située en face de l'ex-siège de la mouvance Patassé au quartier Fondo dans le 5è arrondissement de Bangui a abrité vendredi dernier, ironie du sort, la cérémonie du "retour au bercail" des anciens militants du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) qui se sont constitués en Comités de soutien à la candidature de feu Ange Félix Patassé.

Après la disparition de ce dernier, ces ouailles, comme le reconnait leur représentant, n'ont pas d'autre choix que de revenir à la maison MLPC pour poursuivre la lutte à l'issue de laquelle ils espèrent apporter le bien-être à leur progéniture qui, selon eux, a beaucoup souffert.

L'hôte de cette cérémonie a été Martin Ziguélé, invité à constater par lui-même le retour de ces "enfants prodigues" par leurs listes qui lui ont été solennellement remises. M. Ziguélé a saisi l'occasion qui lui était ainsi offerte pour épingler au revers des chemises, corsages et tee-shirts des uns et des autres, le pin’s frappé du logo du MLPC qui a consacré cette cérémonie.

En réponse au speech du représentant des membres des comités de soutien à Patassé, Martin Ziguélé a annoncé que "des cérémonies de ce genre se poursuivront dans les autres arrondissements de Bangui avant de s'étendre dans toutes les provinces du pays". Car dit-il, « sans amour et sans réconciliation à la base, l'unité du parti ne peut pas se refaire ». Pour lui, « c'est le passage obligé de la reconquête du pouvoir perdu ».

A noter toutefois qu'après quatre (4) rondes de la police, le Directeur général de cette unité s'est déporté lui-même sur les lieux pour constater la réalité de l'événement qui, selon les rumeurs qui lui étaient parvenues, "devait servir de prétexte à l'assaut des rebelles de Baba Ladé dans Bangui". Comme il n'en a rien été, il s'en est allé comme il est venu.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique