Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 02:18

 

 

Boz ballon 

 

fric en CFA

 

Bozizé a toujours été fasciné et noué de l’amitié avec des individus sulfureux et au parcours louche et atypique. C’est ainsi qu’on a vu successivement à ses côtés d’anciens légionnaires comme l’Alsacien Daniel Diedrich alias Demba qui l’avait énormément aidé dans les préparatifs de son coup d’Etat du 15 mars 2003 et même assuré longtemps la sécurité de son régime avant de passer l’arme à gauche dans un hôpital parisien dans la nuit du 2 au 3 juin 2008, ou encore l’homme d’affaire indo-pakistanais Saifee Durbar recherché par le gouvernement français pour purger sa peine dans une prison française mais que Bozizé a nommé vice-ministre des affaires étrangères et de la coopération avec résidence à Londres afin de lui permettre d’échapper à la justice. Sous les fortes pressions de la France, Bozizé a été contraint malgré lui de lâcher son ami qui a fini par être extradé par la Grande Bretagne et a fait la prison à Paris.

Il reste maintenant à Bangui un autre ami de Bozizé, un certain Armand Ianarelli, ancien militant de l’OAS en Algérie qui a fait la prison à l’Ile de Ré en France avant de s’engager comme mercenaire au Biafra. Il fait actuellement la pluie et le beau temps à la tête de la SODIF, une entreprise mafieuse censée au départ lutter contre la fraude douanière sur le sucre de la SUCAF et les boissons des brasseries Castel   

Mais l’appétit venant en mangeant, au fil du temps, la SODIF est vite devenue une douane parallèle concurrençant directement l’administration des douanes nationales centrafricaines. Selon une convention secrète signée naguère avec le ministre des finances de l’époque un certain Emmanuel Bizot - actuellement ministre des eaux et forêts, beau-frère de Bozizé spécialisé dans la signature des contrats mafieux et léonins comme celui du fameux prêt indien qu’il a signé à Monbai également en 2008 – la SODIF serait rétribuée à hauteur de 33 % sur toutes les opérations de recouvrement douanier qu’elle ferait.

Toujours d’après les termes de la convention secrète entre temps publiée par C.A.P, SODIF devait se trouver un siège en dehors de la direction générale de la douane mais celle-ci a purement et simplement jeté son dévolu sur  les locaux de la direction des douanes dont elle en a fait son siège tout en utilisant gracieusement tous les moyens de l'état, véhicules, bureaux, locaux etc… sous le regard impuissant du DG des douanes.

Ianarelli qui se targue ouvertement de l’amitié et du soutien de Bozizé, s’appuie sur la collaboration de « deux faux douaniers venant de l’ex-Zaïre » selon les termes dans lesquels ils sont qualifiés par les douaniers centrafricains, un certain Corneille DIBERT sans formation douanière et issu d'une petite école privée de Transit d'Abidjan et son acolyte Bertin NZENGO, un ex-couturier du quartier Lakouanga devenu indicateur de Bozizé recruté en guise de récompense chez SODIF.

Une chose est sûre, cette insupportable situation de cohabitation d’une administration centrafricaine des douanes avec un autre service de douane privé et parallèle ne peut plus durer.

Rédaction C.A.P  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie