Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 23:42

 

 


Gaou la fumée


Bangui, 21 Nov. (ACAP) - Les députés de la Nation ont été unanimes à condamner l’absence répétée du Ministre de l'Urbanisme et de la Reconstruction des Edifices publics, Pascal Koyaméné suite à son interpellation, vendredi 18 novembre 2011, à Bangui.

 

Pour la première fois, le Ministre de l’Urbanisme et de la Reconstruction des Edifices publics, avait été interpellé au même moment que son collègue de l'Equipement, des Travaux publics et du Désenclavement, Jean-Prosper Wodobodé, vendredi 11 novembre 2011.

 
La première absence du Ministre Pascal Koyaméné était expliquée par la coïncidence entre la date de son interpellation et celle de son retour d’une mission effectuée à l’étranger. Mais pour cette fois, malgré les dispositions prises par le Secrétariat général du gouvernement et des Relations avec les institutions, le ministre Pascal Koyaméné n’a pas justifié son absence quant à son interpellation, que ce soit par écrit ou verbalement.

 

L’absence répétée du Ministre Pascal Koyaméné devant les députés a provoqué le courroux au regard des articles 66 de la Constitution et 77 alinéa 2 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale.


Ces deux dispositions insistent sur l’interpellation des membres du gouvernement par l’Assemblée nationale, auquel cas, c’est la responsabilité du gouvernement qui est engagée devant le parlement.

 

Se fondant sur ces dispositions, le Président de l’Assemblée nationale, Célestin Leroy Gaombalet, a promis de saisir le Premier ministre, Faustin Archange Touadéra, pour obtenir d’amples explications sur l’absence répétée du Ministre Pascal Koyaméné.


Rappelons que l’interpellation du Ministre de l’Urbanisme et de la Reconstruction des Edifices publics avait pour but de lui demander des explications par rapport à la politique du gouvernement afin de pallier aux problèmes qui incombent à son département.

 

 

 

NDLR : C'est amuser la galerie. Voilà ce que ça coûte de débaucher des ministres pour qu’ils puissent entrer au gouvernement. Le prétendu courroux de Gaou la fumée prête à sourire car il ne s’explique que parce qu’il s’agit d’un ministre qui est un transfuge du RDC. Cet ineffable président n’a jamais manifesté un tel courroux dans la précédente législature contre Francis BOZIZE qui a toujours brillé par un scandaleux absentéisme et n’a jamais voulu répondre à l’interpellation des députés qui tenaient pourtant grandement à l’entendre sur les questions d’insécurité et des abus de la soldatesque sur les barrières illégales qui restent toujours posées avec acuité.   

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique