Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 19:18

 

 

Areva

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 26 Octobre 2011 15:16

La nouvelle d’une probable suspension des activités d’exploitation de l’Uranium centrafricain de Bakouma (extrême-est) par la société française AREVA continue de susciter des réactions au sein de la population centrafricaine.  Après les ressortissants du Mbomou, c’est autour de la jeunesse représentée au sein du Conseil National de la Jeunesse (CNJ) d’exprimer, le 26 octobre, ses inquiétudes suite à ce retrait annoncé.

Selon le CNJ, il revient aux autorités centrafricaines de prendre leur responsabilité pour que l’exploitation de cet Uranium de Bakouma devienne effective. « Nous sommes vraiment indignés », affirme Jean-Félix Riva, le Vice-président du Conseil National de la Jeunesse, qui ne pas cache son amertume, face à l’attitude des autorités de Bangui.

Pour lui, « nous sommes vraiment fatigués, parce que cette histoire date de plus de 40 ans. C’est en principe en 2010 que cette exploitation devrait être effective. Mais nous ignorons les raisons qui ont poussé cette société à sursoir à cette exploitation ».

Jean Félix Riva propose pour lui que « il y a un contrat qui lie les deux parties, et si AREVA est incapable d’honorer, le gouvernement doit dénoncer le contrat et vendre la licence à une autre société ».

Si l’uranium centrafricain sera exploité, il constituera la troisième ressource du sous-sol centrafricain, exploitée de manière industrielle et moderne à coté du bois et du diamant. Le Vice-président du Conseil National de la Jeunesse, de se demander que « si nos ressources ne sont pas exploitées, qu’allons-nous devenir ? ».

Le lundi 24 octobre dernier, le siège de la société française Areva à Bangui, a été pris d’assaut par une centaine de ressortissants du Mbomou où les activités se déroulent. Ils protestent contre la nouvelle selon laquelle, une fois se retirée, Areva ne reviendrait qu’en 2033 pour l’exploitation de l’uranium centrafricain.

L'uranium de Bakouma devait au départ être exploité par la société sud- africaine UraMin. Les travaux avaient été lancés en octobre 2006, par le président de la République François Bozizé. Quelques années plus tard et après plusieurs négociations, la société française AREVA était parvenue à racheter le contrat de la Sud-africaine UraMin.

Les conditions de vie des 3000 déplacés de Bria à Bambari, deviennent de plus en plus préoccupantes. Ils ne disposent ni vivres ni médicaments pour se soigner. Ils attendent toujours une aide afin de faire face à leurs besoins quotidiens.

Ces déplacés se sont rendus le 25 octobre, au bureau du chef de service préfectoral des affaires sociales de la ville de Bambari, pour réclamer des vivres et médicaments. 6 personnes parmi ces déplacés se trouvent présentement dans un état sanitaire très précaire. L’information est confirmée ce mercredi 26 octobre 2011, par le correspondant de Radio Ndeke Luka.

Se montrant incapable de faire face à la demande de ces déplacés, Augustin Guéret Homoho, le chef de service préfectoral des affaires sociales de Bambari a reconnu que le « la situation de ces personnes sont plus que jamais alarmant ».

Pour l’instant, ces 6 malades identifiés par l’ONG International Medical Corps, suivent de soins. Le sous bureau du Programme alimentaire mondiale de Bambari est entrain de réunir des conditions et des actions stratégiques, pour mettre des vivres à la disposition de ces déplacés internes.

Ces personnes avaient fui les affrontements entre deux factions rebelles, la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) et l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) dans la  ville de Bria (est), en mi- septembre dernier.  Ils sont surtout concentrés à Bambari et à Ippy.

Au total 4447 personnes ont été recensées. 1136 sont dans la ville de Ippy et 3311 à Bambari où on note 625 chefs de famille, 487 hommes, 717 femmes et 2107 enfants, parmi lesquels 1410 élèves, ajoutant 217 personnes de 3e âge.

L’association centrafricaine « Opération Elan du Cœur Solidarité » avait lancé le 2 octobre, une campagne d’aide à l’endroit de ces personnes déplacées. Une campagne visant à collecter des fonds pour les assister.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie