Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 19:33


Jean-Ping-UA.jpg

 

APA-Addis Abeba 01-02-2010 (Ethiopie) L’UA a décidé de ne plus autoriser les auteurs de changement anticonstitutionnel à se présenter à des élections organisées pour restaurer l’ordre constitutionnel, a appris APA, lundi à Addis Abeba (Ethiopie) de source proche de l’organisation continentale.

Selon le projet de décision sur ‘’la prévention des changements anticonstitutionnels de gouvernement et le renforcement des capacités de l’UA à gérer de telles situations’’, adopté par le Conseil exécutif (ministres des Affaires étrangères) et soumis pour approbation au 14e sommet de l’UA, la Conférence note qu’elle se réserve aussi le droit de suspendre le pays concerné.

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA qui poursuivent leurs travaux à huis clos dans la capitale éthiopienne, ont accepté aussi, selon le projet de rapport, d’appliquer des sanctions à l’encontre de tout Etat membre dont il est prouvé qu’il a été à la base ou soutenu un changement anticonstitutionnel dans un autre Etat.

Le Conseil exécutif rappelle que l’UA est dotée des instruments requis pour faire face au fléau des changements anticonstitutionnels de gouvernement et que l’objectif doit être de favoriser la mise en œuvre effective de ces textes en leur apportant, le cas échéant, les précisions, enrichissements et adaptations utiles, plutôt que d’élaborer de nouveaux instruments.

 

NDLR : L’UA devrait appliquer rétroactivement cette décision contre l’auteur du changement anticonstitutionnel intervenu en République centrafricaine un certain 15 mars 2003 qui s’appelle François Bozizé. Malgré le refus qui lui avait été opposé à l’époque par l’ancien président de la Commission de l’UA, le président Alpha Omar Konaré, lorsqu’il voulait être candidat à l’élection présidentielle de 2005, le dictateur sanguinaire de Bangui s’était entêté jusqu’au bout à défier l’UA. Est-ce l’ironie du sort qui voudrait qu’aujourd’hui, ce soit le même Bozizé qui participe au sommet de l’UA qui se prépare à prendre des mesures préventives contre les auteurs de changement anticonstitutionnel pour ne pas dire tout simplement coup d’Etat ?

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE