Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 23:19

 

 

president-pasteur-Bozize.jpg


Radio Ndéké Luka Vendredi, 30 Décembre 2011 13:50

 

2e journée ce 30 décembre 2011, des 3 jours de jeûne et de prière arrêtés par le ministère de l’administration du territoire centrafricain. Cette période doit être observée par tous les centrafricains, sur l’ensemble du territoire, selon l’arrêté du ministère de l’intérieur. Mais la majorité des centrafricains interrogés à Bangui par Radio Ndeke Luka, sont contre cette mesure, prise par le pouvoir en place.

 

Cet arrêté N°038/MATD/DIRCAB qui autorise la fermeture des « gargotes, bars-dancing et les débits de boisson », court du mercredi 28 décembre à minuit au samedi 31 décembre 2011 à 18 heures.


Le document spécifie dans son article 3 que « l’inobservation de ses dispositions entrainera des sanctions prévues par les textes en vigueur ». La gendarmerie et la police sont chargées pour l’application du texte.

 

Depuis la publication de cet Arrêté, les deux forces de l’ordre que sont la gendarmerie et la police, multiplient les patrouilles devant les bars-dancing et autres lieux de vente des boissons alcoolisées, pour traquer les contrevenants à cette mesure.

 

Une situation qui a engendré la colère de certains centrafricains. Vendeurs grossistes de boissons, détaillants et consommateurs dénoncent sans exception cette mesure qu’ils qualifient d’une « imposition des pouvoirs publics ».


« Nous sommes dans un pays laïc et le gouvernement ne peut pas quand nous priver de nos droits ! », s’est exclamé un fonctionnaire centrafricain, visiblement monté contre cette mesure.

 

Dans les quartiers, les bureaux et même dans les rues, le sujet fais La Une des discussions. « Nous nous interrogeons si nos dirigeants observent aussi ce jeûne. Le constat que nous faisons est que le peuple centrafricain a de la peine à trouver de quoi à manger tous jours. Est-ce que ce jeûne  ne constituerait-il pas une souffrance supplémentaire ? », ont réagi les Banguissois dans l’émission centrafricain, dans l’émission « A vous la Parole de Radio Ndeke Luka, consacrée au sujet.

 

La désolation est aussi grande du coté des opérateurs économiques. « Nous payons des taxes à l’Etat et ces 3 jours vont empiéter sur nos revenus et ça, l’Etat ne va pas nous comprendre au prochain payement de taxe », a dit un vendeur grossiste de boisson à Radio Ndeke Luka.

 

Effectivement les bars-dancing et beaucoup d’autres lieux de vente de boisson fréquentés fréquemment par le grand public ont été fermés. Seulement dans des quartiers, certains débits de boisson continuent de fonctionner.

 

Certaines propriétaires de débits de boisson sont obligés de transformer leur maison en gargote. « Je vends de la boisson de tout genre, car ce n’est pas tout le monde qui va observer cette mesure. Seulement, je ne joue pas de la musique pour ne pas attirer l’attention des autorités », a affirmé Adeline Benga, vendeuse de Boisson au quartier Benz-vi à Bangui.

 

Il faut cependant rappeler qu’il y a de cela quelques années, l’opposant politique centrafricain Joseph Bendounga avait bisé de telles mesures. Il avait ouvert la porte d’une cave au niveau du quartier Kéténguéré et invité la population de la localité à venir boire.

 

Quelques heures plus-tard il s’était devant le palais de la Renaissance pour déguster un morceau de pain accompagné d’une bouteille d’eau, en guise de protestation à cette mesure.

 


 

NDLR : Bozizé avait prétexté être venu au pouvoir pour "libérer" les Centrafricains. Force est malheureusement de constater que contrairement à sa promesse démagogique, les conditions de vie des Centrafricains ne font qu'empirer d'année en année. Il a beau décréter à la fin de chaque année des jours de jeûn et de prière, cela ne change rien à la situation, son échec est donc cuisant.  A qoui bon continuer à importuner les citoyens affamés avec ce mauvais film !

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société