Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 13:18

 

 

Zigu-l-.jpg

 

 

BANGUI (AFP) - 27.03.2011 10:50 - L'opposant centrafricain Martin Ziguélé, ex-candidat à la présidentielle du 23 janvier remportée au premier tour par François Bozizé, a jugé dimanche que l'appel au boycott de l'opposition "a été suivi" pour le second tour des élections législatives.

"Nous avons appelé nos militants à boycotter ces élections, à ne pas aller voter et à rester chez eux. L'appel de l'opposition a été suivi parce que nous constatons qu'il y a peu d'engouement des électeurs. Dans la plupart des centres de vote, les électeurs se font rares", a déclaré Martin Ziguélé, arrivé troisième à la présidentielle avec 6,80% des voix selon les résultats contestés par l'opposition.

"Nous savons que le pouvoir est toujours capable de manipulation, pour nous donner des taux souvent contraires aux réalités", a-t-il dit.

Dans la plupart des bureaux de vote des quatre arrondissements de Bangui où l'on vote pour le second tour, les électeurs se rendaient dimanche matin devant les urnes au comptes-gouttes, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les longues files d'attente constatées lors du premier tour des législatives qui se déroulaient en même temps que l'élection présidentielle étaient inexistantes dimanche.

Ancien Premier ministre (2001-2003), Martin Ziguélé est président du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) et membre du Front pour l'annulation et la reprise des élections (Fare-2011) qui a été créé le 4 mars. Le Fare regroupe trois des quatre candidats malheureux à l'élection présidentielle dont l'ex-président Ange-Félix Patassé, arrivé deuxième avec 21,41% des voix derrière François Bozizé (64,37%).

L'opposition ne reconnaît ni les résultats de la présidentielle ni ceux du premier tour des législatives dont elle boycotte ce second tour.

© 2011 AFP

 

Législatives : fin de campagne explosive à Bozoum

26 mars 2011 par  Fridolin Ngoulou www.journal-des-elections.net

 Les candidats au second tour des législatives dans la circonscription de Bozoum (Nord-ouest) ont achevé, vendredi, la campagne électorale à couteaux tirés.

 

Munis d’armes blanches, des partisans d’Ambroise Zawa, actuel ministre de l’Education nationale et candidat du Mouvement pour la démocratie et le développement (MDD, majorité présidentielle), ont empêché la tenue d’un meeting de Corneille Sérékoïssé, candidat du Kwa Na Kwa (KNK, parti du président François Bozizé).

 

Depuis 1993, date des premières élections pluralistes après la restauration du multipartisme en 1991, la circonscription de Bozoum, chef-lieu de la préfecture de l’Ouham-Pendé, était jusqu’ici représentée à l’Assemblée nationale par un député du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC, ancien parti au pouvoir).

 

Législatives en Centrafrique: début des opérations de vote

Bangui 27/03/2011 à 09:47(AFP) - Les Centrafricains ont commencé à voter dimanche matin pour le second tour des élections législatives dont le parti du président François Bozizé devrait sortir large vainqueur dans la mesure où l'opposition boycotte le scrutin.

A Bangui les opérations de vote qui devaient débuter à 6H00 (5H00 GMT) ont connu du retard de l'ordre d'une heure ou plus, a constaté un journaliste de l'AFP, retard admis par la Commission électorale indépendante.

"Le retard est dû à l'installation du matériel lourd, notamment les urnes et les isoloirs qui ont été acheminées ce matin par la Commission électorale", a expliqué Eric Grengbo, qui préside le bureau de vote numéro 3C installé à l'école de garçons St Paul de Bangui.

3.800 bureaux de votes sont ouverts dimanche pour que les Centrafricains choisissent les 69 députés (sur 105) qui n'ont pas été élus dès le premier tour.

Le Kwa Na Kwa (KNK, le travail rien que le travail), le parti du président François Bozizé réélu le 23 janvier au premier tour des élections groupées (présidentielle et législatives) a d'ores et déjà obtenu 26 sièges, alors qu'un seul siège a été attribué à un parti de l'opposition, les autres élus étant proches de la majorité présidentielle.

L'opposition ne reconnaît ni les résultats de la présidentielle ni ceux du premier tour des législatives du 23 janvier dont elle boycotte ce second tour, qui devrait déboucher sur une large majorité pour le KNK.

 

La Centrafrique vote pour des législatives boycottées par l'opposition  

BANGUI- 27.03.2011 12:22 (AFP) - Les Centrafricains votaient dimanche pour élire leurs députés au second tour d'élections législatives dont l'issue laisse peu de doute, l'opposition boycottant le scrutin.

3.800 bureaux de vote sont ouverts pour permettre d'élire 69 des 105 députés. 35 sièges ont été pourvus au premier tour, le 23 janvier, dont 26 pour le seul parti Kwa Na Kwa (KNK, le travail rien que le travail) du président François Bozizé.

Ce dernier, arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2003, élu en 2005, a été réélu dès ce premier tour qui regroupait présidentielle et législatives avec 64,37% des voix.
Huit sièges ont été obtenus par des indépendants, dont cinq sont proches de M. Bozizé, et un seul par l'opposition.

Par ailleurs, une circonscription revote à Birao (nord) et les résultats d'une autre à Boganda (sud), où les bulletins ont été dépouillés tardivement, ne sont pas connus.
Les opérations de vote qui devaient débuter à 06H00 (05H00 GMT), ont commencé avec du retard à Bangui. Elles devaient se terminer à 16H00 mais le retard accumulé est reporté sur l'heure de fermeture des bureaux.

"Je suis venu voter parce que c'est un droit et tout citoyen doit pouvoir faire valoir ce droit, c'est de l'intérêt des citoyens de choisir leurs représentants à l'Assemblée nationale, ce sont ces représentants qui vont voter de bonnes lois pour le bien-être des citoyens", a déclaré Freddy Mouakaouada, un électeur à l'école St Paul à Bangui.

"Si les citoyens ne votent pas, ils doivent s'attendre à ce que leurs droits ne soient pas défendus et tant pis pour eux", a-t-il ajouté.

Dans la capitale dimanche matin, les électeurs se rendaient au compte-gouttes aux urnes et l'affluence était moins importante que lors du premier tour, a constaté un journaliste de l'AFP dans les bureaux visités.

"Nous avons appelé nos militants à boycotter ces élections, à ne pas aller voter et à rester chez eux. L'appel de l'opposition a été suivi parce que nous constatons qu'il y a peu d'engouement des électeurs. Dans la plupart des centres de vote, les électeurs se font rares", s'est félicité auprès de l'AFP l'opposant Martin Ziguélé arrivé troisième de l'élection présidentielle (6,80%).

L'ancien Premier ministre Ziguélé (2001-2003) est membre de la plate-forme de l'opposition, le Front pour l'annulation et la reprise des élections (Fare-2011) qui regroupe trois des quatre candidats malheureux à la présidentielle.

Le Fare a appelé au boycott du scrutin de dimanche et refuse de reconnaître les résultats des élections de janvier, accusant le pouvoir de fraude.

Dans une lettre publiée jeudi, le Fare juge que le second tour des législatives organisé par "le régime dictatorial du général François Bozizé (...) n'est autre chose que la recherche effrénée de la confirmation d'un Parlement monocolore, digne d'un régime à parti unique".
M. Ziguélé avait estimé que "l'objectif de Bozizé est d'obtenir une majorité absolue avec des gens de sa famille pour faire sauter le verrou constitutionnel des deux mandats (du président). Il a besoin d'une majorité des deux tiers".

L'opposition "a participé au premier tour, tout le monde le sait, mais devant la déroute infligée par le peuple qui s'est prononcé en majorité pour les candidats KNK, l'opposition a choisi la forfaiture", avait estimé de son côté Fidèle Ngouandjika, directeur de campagne de François Bozizé.

Les résultats devraient être connus dans les huit jours et la Cour constitutionnelle a quinze jours pour les valider ou non.

© 2011 AFP

 

 

NDLR : Ce second tour des législatives est un véritable fiasco non seulement  Bangui mais aussi en province. Le mot d'ordre de boycott lancé par l'opposition regroupée dans le FARE est largement suivi en dépit de son meeting interdit par le régime en place à son grand dam. Selon nos informations, le pouvoir a mobilisé les forces de l'ordre pour contraindre les commerçants tant du Km 5 à Bangui que dans certaines villes de larrière-pays, de fermer leurs boutiques afin que les gens puissent aller voter mais rien n'y a fait. Les forces de l'ordre ont même poussé l'intimidation jusqu'à confisquer les pièces d'identités de ces commerçants pour leur faire du chantage. C'est tout simplement inadmissible et cela traduit le profond désarroi du régime quant à ce second tour des législatives qui est vraiment sans grand enjeu ni quelconque intérêt et pour quasiment personne. Plusieurs candidats de certains partis alliés du KNK dans la majorité présidentielle comme le PSD de Dérant Enoch Lakoué ont aussi rnoncé à y particper consacrant et entérinant ainsi l'échec cuisant du processus électoral centrafricain confisqué et détourné par Bozizé à son seul profit et celui de son KNK.

Toujours selon nos informations, l'ex-président burundais Pierre Buyoya est effectivement arrivé à Bangui dans le cadre d'une mission de l'OIF pour rechercher une solution de sortie de la crise postélectorale. Celui-ci a même déjà eu une première série d'entretiens d'abord avec Bozizé qui selon nos sources ayant requis l'anonymat, a dû s'expliquer sur les entraves faites par ses services à la liberté de circulation des leaders de l'opposition, notamment les cas de Me Nicolas Tiangaye arbitrairement empêché il y a peine trois jours de se rendre  à N'Djaména pour des raisons professionnelles et celui de l'ex-président Patassé à qui le pouvoir a délibérément refusé d'accorder l'autorisation de survol à l'avion que le président équato-guinéen allait dépêcher à Bangui pour son évacuation médicale. Bozizé continue d'afficher son mépris souverain pour ses adversaires de l'opposition qu'il dit ne "rien représenter" et qu'il a aussi traités de "prostitués" dans une récente interview accordée à la Voix de l'Amérique mais dont il a en réalité et paradoxalement une peur bleue.

Ceux-ci qui continuent de clamer et d'exiger l'annulation pure et simple des deux scrutins, législatif et présidentiel du 23 janvier dernier, viennent d'ailleurs d'être confortés dans leur revendication par un rapport explosif de l'Union Européenne sur lesdites élections, rapport dans lequel les auteurs et experts dénoncent pêle-mêle le rôle négatif de la garde présidentielle lors des opérations de vote et les graves anomalies et irrégularités dont l'ampleur ne permet pas à l'institution européenne, qui a au demeurant refusé de prendre part à la pseudo investiture de Bozizé le 15 mars dernier, de crédibiliser ces élections groupées "sujettes à caution", toujours selon le rapport.        

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique