Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 15:23

 

 

 

 

Jean-Michel-mandaba.jpg

 

 

 

Rentrée politique du PGD placée sous le signe de l’égalité

Radio Ndéké Luka Samedi, 19 Mai 2012 13:44

Vers une copie conforme de la politique du socialiste Français François Hollande ? Difficile en tout cas de répondre à cette interrogation à en croire la rentrée politique ce 19 mai 2012, du Parti pour la Gouvernance démocratique (PGD). Les leaders de ce dernier né appartenant à l’opposition politique et d’obédience socialiste  ont clairement indiqué le diriger  sous le signe de l’égalité et de l’équité.

Cette première rencontre a réuni les militants de ce parti à son siège dans le 4earrondissement de Bangui. Les sympathisants sont venus des différents arrondissements de la capitale ainsi que de certaines villes des provinces du pays.

Selon Jean Michel MANDABA, actuel ministre de la santé publique et président du PGD interrogé par Radio Ndeke Luka, le but de cette rencontre a été d’annoncer les orientations politiques de son parti. Pour lui, la marche vers une véritable démocratie fait appel à toutes les couches sociales et singulièrement les membres de ce parti ».

« De nos jours, le contexte politique de la République Centrafricaine se tourne désormais vers une recherche de paix, de la stabilité et de la concorde nationale pour un essor durable », a-t-il indiqué.

Rappelant son départ du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC), le numéro I du PGD a affirmé que « l’heure est venue de retrousser les manches et prouver à ses anciens adversaires politiques ce dont ce nouveau parti est capable».

A propos de son départ du MLPC, Jean-Michel Mandaba, alors Secrétaire Général de ce parti de l’opposition, a été radié. Le MLPC lui avait reproché d’entrer sans autorisation dans le gouvernement de Touadéra III.

Signalons que la RCA compte 53 partis politiques. Il faut noter que ces entités politiques fonctionnent pour la plupart des cas pendant les consultations populaires. D’autres ne disposent même pas de siège.

A l’arrivée de l’actuel président de la RCA François Bozizé en faveur d’un coup d’Etat en 2003, une bonne partie de ces associations politiques avaient basculé dans la majorité présidentielle. D’autres s’y trouvent encore, même si on a enregistré des cas de démission.

 

NDLR : Ce n’est pas l’éclosion de ces soi-disant partis politiques dans le paysage centrafricain comme des champignons après la pluie qui apportera le vrai changement qualitatif qu’attendent les citoyens qui n’en peuvent plus d’endurer le régime de Bozizé. Tous ceux qui comme le traître Jean Michel Mandaba ont vendu leur âme pour une poignée de millions et rejoint Bozizé l’oppresseur des Centrafricains, auront des comptes à rendre un jour.  C’est un secret de polichinelle que la création de ce prétendu parti est juste destinée à justifier l’argent que Mandaba a pris entre les mains de Bozizé à qui il a promis de réduire l’influence du MLPC. La classe politique centrafricaine s’honorerait et gagnerait en crédibilité en se débarrassant au plus vite d’individus à la mauvaise moralité comme Jean Michel Mandaba.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers