Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 14:53



Bozizé en Chine

Joseph Binguimalé

 

Ayant toutes les peines du monde avec la commission électorale indépendante pour dérouler leur funeste plan de fraude, Bozizé et son complice le vrai faux pasteur Joseph Binguimalé en sont désormais réduits à opérer un véritable coup de force contre le processus électoral. Une première étape de leur coup de force en est la signature par Bozizé du décret convoquant le corps électoral dont on ne connaît même pas la configuration pour un premier tour de l’élection présidentielle le 25 avril prochain.

 

En effet le décret fait allusion sans rire, au niveau de préparation des élections par la commission électorale indépendante (CEI) et mentionne que c’est sur proposition du président de la dite CEI que le président de la République décrète de convoquer les électeurs centrafricains. Alors qu’il est de notoriété publique que la CEI, du fait de l’incompétence crasse et de la cupidité de son président, le vrai faux pasteur Binguimalé, se débat dans d’inextricables contradictions et peine à démarrer véritablement les activités qui font sa raison d’être à savoir, la préparation et l’organisation des élections présidentielles et les législatives, le tandem Bozizé-Binguimalé poursuit imperturbablement  son plan machiavélique pour exécuter son hold-up électoral au profit de Bozizé et son parti le KNK.

 

La seconde étape de leur coup de force est la grosse supercherie qu’ils sont en train de faire exécuter à l’Office National d’Informatique (ONI) avec la complicité de certains cadres intellectuels comme le DG de l’ONI Bruno Vickos et le directeur d’un institut privé de gestion (Newtech) un certain Serge Singa.  Pour des intérêts bassement mercantiles, Serge Singa aurait reçu des mains de Bozizé et Binguimalé des espèces sonnantes et trébuchantes lui ayant permis d’acquérir plusieurs dizaines d’ordinateurs, on parle d’environ 75 PC, avec lesquels plusieurs opérateurs de saisie recrutés à la sauvette s’activent sur la révision des fameuses listes électorales qui ont servi à la mascarade électorale de 2005 et miraculeusement retrouvées par Binguimalé dans un entrepôt au marché Combattants.

 

Pourquoi le duo Bozizé-Binguimalé et les caciques du KNK ont-ils si peur d’un déroulement consensuel, normal et correct des élections préparées dans les règles par la commission électorale ? C’est tout simplement parce que la victoire de leur candidat Bozizé, malgré la débauche d’argent et l’achat de conscience des Centrafricains, ne sera sans doute pas au rendez vous si le processus électoral est crédible et transparent. L’éventualité d’une « victoire » de Bozizé ne pourrait être envisagée que s’ils réussissent leur complot de tenir des élections dans ce flou artistique et par l’intimidation des armes de guerre qu’ils ne cessent d’acheter et de stocker.

 

La préparation et la tenue d’élections crédibles et transparentes avec des résultats incontestables n’est pas et ne doit pas seulement être l’affaire de l’opposition ni de Bozizé et des siens. C’est aussi l’affaire de la communauté internationale et des divers partenaires au développement de la République centrafricaine qui ont choisi et déclaré leur intention d’accompagner le processus électoral dont tout le monde convient qu’il sera décisif pour l’avenir à court terme de ce pays. Cette communauté internationale doit clairement s’opposer au coup de force du tandem Bozizé-Binguimalé

 

Le redressement de ce pays et la paix qui doit y régner sont à ce prix. Faute d’élections consensuellement organisées, les résultats donneront immédiatement lieu à contestations et la naissance de troubles ultérieurs. Puisque Bozizé qui parle de « dépecer » les fauteurs de troubles est assis sur un arsenal de guerre conséquent, c’est sans doute l’objectif qu’il recherche pour se donner l’occasion de faire usage de ses armes de guerre, faire couler le sang des Centrafricains et installer définitivement la guerre civile dans le pays. Un tel projet ne doit point passer… !

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique