Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 00:57

 

 

Wade-et-son-fils.jpg

 

Source: Nettali.

Le syndrome tunisien est-il en train de faire tache d’huile au Sénégal ? En tout cas, un jeune Sénégalais du nom d’Ousmane Sarr a tenté de s’immoler par le feu, ce vendredi. La cause : Ousmane ne supporte pas d’avoir perdu son emploi à cause d’un différend entre la « Sococim » et la Société rufisquoise et bargnoise pour le transport, l’industrie et le commerce (Sorubatic).En Tunisie, la chute du Président Ben Ali est partie de la mort d’un jeune Tunisien qui s’est immolé par le feu parce que ne supportant pas l’humiliation que lui a imposée la police alors qu’il était déjà frappé par le chômage.

Depuis, plusieurs cas d’immolation ont été notés dans les pays du Maghreb, notamment en Egypte, en Algérie et en Mauritanie. Mais au Sénégal, des cas d’immolations par le feu sont loin d’être une première. On se souvient des cas de Kéba Dramé qui s’était immolé devant la présidence de la République, mais également de Penda Kébé lors d’une visite du Président Abdoulaye Wade en Italie. Mais le cas du jeune Ousmane Sarr suscite des interrogations en raison notamment du contexte, avec notamment ce qui a été constaté en Tunisie. En effet, tout comme le jeune Tunisien, Ousmane Sarr a tenté de s’immoler par le feu parce que ne pouvant pas supporter de perdre son emploi à cause d’un conflit entre les camionneurs de la Société rufisquoise et bargnoise pour le transport, l’industrie et le commerce (Sorubatic) et la Sococim.

Lui-même camionneur, Ousmane Sarr s’est, selon des témoins, aspergé d’essence avant de se mettre le feu. Et c’est devant les locaux de la Sococim que la scène s’est déroulée. Il a, d’ailleurs, fallu l’intervention de ses collègues camionneurs pour sauver Ousmane Sarr de la mort. Selon nos informations, les camionneurs sont en colère contre la Sococim qui aurait décidé de rompre le contrat les liant au profit de deux autres transporteurs qui étaient pourtant membres du Regroupement des camionneurs de Rufisque et Bargny. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE