Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 03:26

 

 

 

 

armes sasies

 

Radio Ndéké Luka Dimanche, 06 Mai 2012 12:24

Les opérations de Désarmement Démobilisation Réinsertion (DDR), des groupes politico-militaires signataires de l’Accord de Paix Global de Libreville, sont désormais reprises. Elles concernent les zones du Centre-Nord, notamment à Kaga-Bandoro, Bouca, Kabo et Ouandago.

L’annonce a été faite ce 6 mai 2012, à travers un Communiqué de presse du Comité de pilotage du Programme DDR, signé de son 2ème Vice-président, le Général Xavier Sylvestre Yangongo, en même temps Ministre du DDR et de la Jeunesse Pionnière Nationale (JPN).

Selon le Communiqué, les ex-rebelles concernés par ces opérations relèvent de l’Armée Populaire pour la Restauration de la Démocratie (APRD), de l’Union des forces Républicaine (UFR) et du Front Démocratique du Peuple Centrafricain (FDPC). Les leaders de ces mouvements politico-militaires sont déjà chargés de regrouper leurs éléments sur les différents sites de désarmement retenus.

Selon le Général Xavier Sylvestre Yangongo, Ministre et 2eVice-président du Comité de pilotage du Programme DDR interrogé par Radio Ndeke Luka, « les opérations du DDR sont assez lourdes et couteuses. Elles avaient été  suspendues faute de financement. Il a été question de renégocier des fonds avec les partenaires avant toute relance.  Un geste politique concrétisé à l’issue du dernier déplacement du Chef  du gouvernement à New York ».

Pour lui, « la 1ère phase des opérations concerne d’abord les éléments de l’APRD. Une branche armée qui compte  plus de combattants que les autres. D’ailleurs, 4000 d’entre eux ont été déjà démobilisés et il en reste 3000. Une fois terminé, le processus visera les autres rebelles surtout ceux de Kabo (nord) ».

Par ailleurs, le processus DDR avait bloqué aussi avec l’arrestation en janvier dernier de son 1ère Vice-président et chef de file de l’APRD, Jean-Jacques Demafouth. Une arrestation qui a concerné aussi les leaders de l’Union des Forces Démocratique pour le Rassemblement (UFDR), Gontran Djono-Ahaba député de Birao II et Mahamath Abrass, député sortant de cette même ville. Ils étaient tous accusés pour tentative de destitution du pouvoir de Bangui. A ce jour, ces leaders sont libérés provisoirement.

De l’avis de certains observateurs de la vie politique, cette arrestation aurait perturbé le processus DDR. Une idée réfutée par le gouvernement centrafricain.

Les opérations du DDR sont relancées au moment où le pays fait encore face à une insécurité sans précédent. Les exactions des rebelles de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) dans l’est et ceux du Front Populaire Républicain (FPR) dans le centre et nord du pays en sont de parfaites illustrations.

 

 

NDLR : Le gouvernement peut raconter tout ce qu'il veut mais il ne convaincra personne sur les raisons du piétinement du programme DDR. L'opacité de la gestion et les nombreux détournements des fonds affectés à ce programme ainsi que le sort arbitraire récemment fait au vice-président de son comité de pilotage sont les vrais motifs de la non-réalisation concrète du désarmement en RCA.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers