Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 00:04

 

 

 

journaux de Bangui

 

Patrick-Agoundou-de-la-Plume.JPG


Bangui 22 nov 2011 - « Plus juste qu’on fait croire aux gens, l’avenir nous rattrapera » ; disait un dicton thaïlandais. Les membres composant du Groupement des éditeurs de la presse privée indépendante d Centrafrique (GEPPIC) viennent de prendre une décision. Ces derniers ont décidé de la destitution sans condition de Patrick AGOUNDOU de la présidence dudit groupement. La décision a été prise le samedi dernier au cours d’une assemblée des membres du GEPPIC.


Selon les informations, le sulfureux Agoundou qui n’est autre que le directeur de publication du journal « La Plume » à Bangui, journal pro-gouvernemental qui dédie sa ligne éditoriale pour injurier ses confrères journalistes, a, en tant que président du GEPPIC volé, détourné, escroqué des paisibles contribuables en leur faisant croire qu’il agit au nom du groupement.

 

Ce dernier a écrit des lettres parallèles au nom du GEPPIC  tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de la République centrafricaine afin de bénéficier des aides qu’il s’en accapare à titre individuel. Pis encore, Agoundou a détourné les fonds alloués à l’organisation du récent atelier de restitution de la FREMAC (la plateforme des éditeurs des médias de l’Afrique centrale) à Bangui dont le montant détourné s’élève à 500.000 F CFA. Autre gaffe commise par celui qui se prend pourtant pour un sacro-saint, l’usurpation de titre car il rackette des hommes politiques, les ambassades et autres institutions pour prendre de l’argent sur eux.

 

Comme si toutes ces gaffes ne lui suffisait, un de ses confrères qui a voulu en parler s’est vu attirer la foudre d’Agoundou, ayant consacré une page de son éditorial à l’injurier, puisque comme tout le monde le sait, c’est un journal, non pas d’information, mais plutôt de règlements de comptes. Lors d’une rencontre de la presse locale à travers un atelier qui s’est tenu à Bangui au stade 20.000 places, les journalistes centrafricains ont crié leur ras-le-bol.

 

Pour certains, il est inconcevable qu’un bon à rien qui passe prendre la tête du GEPPIC. Certains journalistes qui avaient pris part à l’assemblée élective qui a eu lieu à Boali, ont regretté leur acte. Aujourd’hui, les journalistes ont pris une décision ferme en date du samedi 19 novembre 2011, de destituer le voleur Agoundou de la tête du GEPPIC car, disent-ils, il n’honore pas la presse privée centrafricaine, passant tout son temps à courir derrière les gens pour quémander des miettes. Il est donc clair que ce dernier fait la honte de toute la presse centrafricaine car il est inconcevable qu’un voleur, escroc et grand détourneur continue de siéger à la tête du GEPPIC.

 

Correspondance particulière de Bangui pour C.A.P

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Médias