Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 01:34

 

 

carte_centrafrique_432.gif

 

 

Malgré sa côte d’impopularité très élevée dans la Préfecture de la Mambéré-Kadéi dont le chef-lieu est la ville de Berbérati, le pouvoir de Bozizé veut user de l’intimidation et de la force pour imposer aux citoyens de cette région le choix du candidat Bozizé à la présidentielle et du tristement célèbre Sylvain Ndoutingaï aux législatives, celui-là même qui spolié et racketté à plusieurs reprises les collecteurs, fermé nombre de bureaux d’achats de diamant tout en provoquant le chômage endémique et la famine dans les familles d’artisans miniers à l’origine de la sévère malnutrition infantile qui sévit dans cette partie du pays.

Faut-il que c’est rappeler que c’est également à Berbérati 1 que l’ancien président Patassé a choisi de se présenter comme candidat à la députation tout en briguant le fauteuil présidentiel. Donc face au candidat du KNK Sylvain Ndoutingaï et le candidat dit indépendant Patassé, le MLPC oppose son Conseiller Politique National Ahmadou Waziri.

En position très délicate dans cette circonscription, Bozizé et sa clique ont décidé d’envoyer les escrocs de son association « Bozizé doit rester » (BDR) pour faire sa campagne dans la ville de Berbérati mais mal leur en a pris car dans la nuit même du jour où elles avaient été déployées, des inconnus qui ne manquent pas d’humour ont balancé des tracts dans la nuit et changé le verbe « rester » qui figuraient sur banderoles du BDR par le verbe  « partir ».

Dès le jeudi 2 décembre dernier, soit juste le lendemain des festivités du cinquantenaire de la proclamation de la République centrafricaine, le commandant de compagnie de la gendarmerie de Berbérati (un parent de Bozizé) va procéder sans la moindre preuve à l’arrestation de trois personnes, comme par hasard cadres militants du MLPC à savoir : Ahmadou Waziri, Conseiller Politique National et candidat du MLPC aux élections législatives à Berbérati contre Sylvain Ndoutingaï du KNK et Patassé entre autres ; Mahamat Adil, Président Fédéral de la Mambéré-Kadéi et candidat du MLPC à Berbérati 2 et Mathurin Moyonguia, vice-président fédéral MLPC de la Mambéré-Kadéi.

Informée de ces arrestations arbitraires, la population de Berbérati s’est massivement rendue à la compagnie de gendarmerie et menacé de détruire les locaux où étaient détenues les personnes arrêtées. Le commandant de compagnie qui a dû faire appel à l’un des détenus, M. Waziri pour qu’il vienne s’adresser aux manifestants et les calmer s’est vu obliger d’extraire les trois détenus des geôles pour les mettre dorénavant à son propre domicile en attendant qu’il soit statué sur leur sort. C’est le tristement célèbre procureur en service commandé de Bozizé Firmin Feindiro qui tire les ficelles de cette affaire depuis Bangui.  

 A quelques semaines des élections du 23 janvier 2011, le pouvoir en place se livre à l’encontre du parti qu’il craint et redoute le plus, le MLPC, à des tracasseries et d’inadmissibles tentatives d’intimidation qui trahissent son profond désarroi, notamment dans la préfecture où sa politique de spoliation et de racket des collecteurs de diamants a laissé des traces telles qu’il craint à juste raison le retour du bâton dans les urnes, d'une population qui en a plus que marre de la mauvaise gouvernance et de la prédation. BOZIZE DOIT DONC PARTIR !!!.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique