Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 23:03

 

 

assemblee-nationale.jpg

 

Jeudi, 27 Octobre 2011 14:33

 

La Cour Constitutionnelle centrafricaine a rendu public le 26 octobre son arrêt sur les résultats des élections législatives partielles du 4 septembre dernier. Sur les 14 sièges à pourvoir au législatif, le parti travailliste KNK a sans grande surprise, raflé 8 sièges.

Le parti au pouvoir du Président François Bozizé a réussi désormais à avoir la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Sur les 105 sièges, le KNK en occupe 76. Les 29 autres sièges sont occupés, soit par d’autre partis de la majorité présidentielle, soit par des indépendants.

Cet arrêt de la cour constitutionnelle met un terme à une longue période électorale, toujours contestée par l’opposition démocratique. Celle-ci avait rejeté, après le premier tour du 23 janvier 2011, les résultats, et même refusé de participer à la suite du processus. Elle continue d’ailleurs d’exiger l’annulation pure et simple des résultats en alléguant de fraudes massives.

L’opposition a d’ailleurs mis en place à cet effet, le Collectif des Forces du Changement (CFC). Le Candidat indépendant à l’élection présidentielle, le défunt Ange-Félix Patassé avait créé de son côté une plate-forme politique postélectorale dénommée « Front pour l’Annulation et la Reprise des Elections de 2011 (FARE-2011).

L’objectif visé par le front « est de lutter pour défendre la Constitution de la République, obtenir l’annulation et la reprise des élections groupées du 23 janvier 2011 dans le respect du code électoral et, obtenir la dissolution de la CEI et sa recomposition », selon les documents de base du FARE-2011. Le FARE continue toujours à demander l’annulation des élections de 2011 dans le pays.

Toutefois, depuis le samedi 27 août 2011, il a été réduit au silence après  avoir raté un meeting dit de « vérité », à la place Marabéna à Bangui. Les forces de l’ordre avaient investi les lieux et avaient empêché le mouvement de tenir sa rencontre.

 

NDLR : Cette chambre est une véritable honte nationale car étant la seule émanation de la volonté de confiscation du pouvoir de BOZIZE et son clan familial et politique. A la première occasion elle doit être dissoute comme le réclame en vain le FARE 2011 depuis le hold-up électoral du 23 janvier dernier. AUjourd'hui, le pays est dans une impasse totale voire complètement bloqué à tout point de vue en dépit de la cécité et surdité de BOZIZE qui ne veut rien savoir.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique