Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 21:25

 

 

 

betail à abattre 

Radio Ndéké Luka Jeudi, 13 Octobre 2011 13:28

Le tout nouveau site du marché à bétail en construction au village de Boubouï s’étale sur plus de 8 kms. Quelques travaux préliminaires seulement ont été effectués : Désherbage et brulis. Une situation qui entraîne des doutes quant à la date butoir du transfert de ce marché, fixée au 30 octobre 2011.

Pour l’instant, on continue toujours à vendre le bétail foirail du KM 13 à la sortie ouest de Bangui. Youssoufa Yérima Mandjio, ministre délégué chargé de l’Elevage et de la Santé animale, se montre toutefois optimiste. Il a affirmé que « les techniciens se mobilisent tous les jours pour accomplir ce travail. Je pense que le 29 octobre, nous allons ouvrir le marché de Bobouï ! ».

Dans la commune de Boali où ce marché va être installé, c’est une satisfaction totale. On parle déjà d’augmentation des recettes municipales. Marie Margeritte Bégalé, maire de la ville de Boali s’est réjoui en pensant que « Ma commune est très pauvre, mais avec l’arrivée de ce projet, je pense que son budget va être augmenté en terme de plusieurs millions de Francs CFA ».

Toute fois l’inquiétude demeure chez les occupants du site, ceux-ci attendent un éventuel dédommagement. « C’est un projet de développement et nous ne pouvons pas nous opposer à cela mais le gouvernement doit penser à nous en cherchons des places pour nous installer, surtout nous les agriculteurs », a affirmé un habitant qui a requit l’anonymat.

Sur ce point, le ministre Youssoufa Yérima Mandjio a affirmé que des dispositions sont en train d’être prises. « C’est depuis plus d’un an que ces personnes avaient occupés ces lieux, nous sommes en train de voir avec le service de cadastres pour que l’intérêt de tout un chacun soit préservé, mais ils doivent savoir que la terre appartient à l’Etat », a-t-il encore précisé.

La question fondamentale demeure la sécurité  des personnes, du bétail et des autres biens. La délocalisation de ce marché est un souci du gouvernement centrafricain visant à réglementer l’abattage des bœufs dans le pays.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie