Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 00:32

 

 

 

Bonne année 2012

 

Sylvain-Maliko.jpg


Radio Ndéké Luka Dimanche, 01 Janvier 2012 00:40


Le ministre d’Etat centrafricain au Plan, à l’Economie et à la Coopération Internationale, Sylvain Maliko, a fait ses adieux au gouvernement, le 30 décembre 2011 soir à Bangui. Son décret de limogeage a été signé par le chef d’Etat François Bozizé.

 

Une source proche du gouvernement a informé Radio Ndeke Luka que Sylvain Maliko « quitte volontairement ses pairs pour regagner la Banque Africaine de Développement, BAD, une institution dans laquelle il a exercé de 1982 à 1998 ».

Aucun motif n’a été donné dans le décret de son limogeage. Son poste reste aussi vacant.

 

Le ministre Maliko a joué un rôle important dans l’aménagement du Ministère du Plan, de l’Economie et de la Coopération Internationale en République centrafricaine.

 

Il avait conçu un nouvel organigramme et mis en place la production statistique pour l’économie centrafricaine. Sylvain Maliko a occupé ce poste de juin 2005 à décembre 2011.

 

 

 

NDLR : C’est le rêve de devenir Premier Ministre qui s’envole avec ce départ de Sylvain Maliko qui doit aussi faire énormément plaisir à une autre membre du gouvernement à savoir Mme Dorothée de la coopération internationale qui se plaignait beaucoup d’avoir de mauvaises relations avec Sylvain Maliko.


Avec le départ de Maliko, s’en va aussi un brasseur de vent du gouvernement de la bozizie. A Bangui, beaucoup disent que Maliko se prenait pour le seul et meilleur économiste de la bozizie et laisse le souvenir de beaucoup de fumée autour du célèbre et tellement inefficace Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté (DSRP) auquel il a attaché son nom. Plus il le brandissait, plus la pauvreté faisait des ravages dans le pays. Il quitte donc le gouvernement et le pays sur une indiscutable note d’échec et sans avoir amorcé ne serait-ce qu’un début de réduction réelle de cette pauvreté.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique