Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 01:43




 

Selon des informations dignes de foi, il y a 48 heures, le ministre chargé de l’Administration du territoire Elie Ouéfio, a reçu en son cabinet des émissaires de l’ex président Patassé venus lui poser la question de savoir s’il pouvait reprendre librement des activités politiques au niveau de son parti, entendez le MLPC.  Et Elie Ouéfio de leur répondre en substance qu’on est en démocratie et que l’ex président Patassé était libre de mener des activités politiques.

Le ministre Elie Ouéfio apparaît donc clairement comme le véritable fossoyeur du MLPC, celui-là même qui est sans doute chargé par le régime de Bozizé d’œuvrer pour laminer le parti qui a investi Martin Ziguélé comme son unique candidat aux prochaines présidentielles afin d’augmenter les chances de victoire du candidat président François Bozizé aux prochaines élections présidentielles.

Est-il besoin de rappeler que, traîné en justice par Luc Apollinaire Dondon Konamabaye pour le compte de Patassé, la direction du MLPC que contrôle Martin Ziguélé a eu gain de cause d’abord en première instance puis en appel en décembre 2008. Même Bozizé a reconnu dans son interview de ce vendredi 13 novembre au micro de Radio France Internationale en déclarant que la justice avait tranché en faveur de Martin Ziguélé et qu’il avait lui-même fait cette réponse à l’ancien président Patassé qui sollicitait récemment son accord afin de reprendre les activités de « son parti » le MLPC lors de leur entretien. Et Bozizé d’ajouter qu’il fallait respecter les décisions de justice et qu’au nom du principe de la séparation des pouvoirs, il fallait laisser les magistrats faire leur travail sans ingérence de l’exécutif. Etre en démocratie ne signifie nullement fouler aux pieds les décisions de justice bien au contraire.

C’est donc avec l’accord et le scandaleux soutien du ministre de l’Administration du territoire que quelques partisans de Patassé réunis autour de Sosthène Guétel font ouvertement de l’agitation depuis l’annonce du retour au bercail plusieurs fois reporté de l’ex président, allant même jusqu’à tenir des réunions dans un local du 5ème arrondissement qui serait soi-disant le siège de leur parti, endroit pourtant bien connu des autorités. Au lieu de leur rappeler les dispositions de la loi à travers l’arrêt de la Cour d’Appel et notamment les risques d’astreinte financière auxquels s’exposaient ces affidés de Patassé, le ministre Elie Ouéfio les a plutôt encouragés à se comporter comme des hors la loi en poursuivant les violations dudit arrêt. Cela est totalement inadmissible et confine à une insupportable provocation.

Les ministre Elie Ouéfio n’en est pas à une manœuvre près. C’est lui qui est en réalité derrière l’initiative des deux députés Luc Apollinaire Dondon Konamabaye et Paul Abouka, d’introduire une proposition de loi pour que par voie parlementaire, l’Assemblée nationale puisse voter la prorogation du mandat du président Bozizé et celui des députés. Cette initiative n’est pas tombée du ciel. Elle a été élaborée à la suite d’une fréquentation assidue d’Elie Ouéfio par le député Dondon qui, d’après certains témoins qui ont constaté à plusieurs reprises que ce dernier était toujours fourré dans le bureau du ministre à des heures indues c’est à dire, lorsqu’ il n’y avait plus personne au ministère. Ceci peut donc expliquer cela. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil…

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique