Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 01:29

 

 

Pomodimo pris en otage

 

Mgr POMODIMO ici parmi les militaires retraités qui l'avaient séquestré

 

Certains compatriotes, démocrates sincères ou patriotes, qui se sont pris à croire qu’en coopérant avec Bozizé et son régime, ils contribueraient ainsi, eu égard à leur expérience, à sauver la Centrafrique du naufrage vers lequel les méthodes de gestion du clan présidentiel le mène irrémédiablement, finissent toujours par y laisser leurs plumes et perdre leur crédibilité. Le dernier en date est l’ex archevêque de Bangui, Mgr Paulin Pomodimo, promu depuis la disparition du Pr Abel Goumba Médiateur de la République et qui vient  de l’apprendre à ses dépens.

Mais en fait un Médiateur est une personnalité neutre et compétente, désignée pour sa capacité à intercéder et permettre aux usagers lésés par l’administration donc l’Etat, de rentrer dans leurs droits. Seulement en Centrafrique où du fait de la déliquescence de l’Etat, de l’injustice, de la gestion patrimoniale et non orthodoxe qui est faite des affaires de l’Etat par Bozizé et son clan, les personnes lésées se comptent par dizaines de milliers. Du coup le Médiateur apparait comme le redresseur de tort dans tous les domaines au point d’oublier la neutralité et le recul nécessaires à sa mission.

De ce fait, le Médiateur centrafricain apparaît plus comme un super Premier ministre – sans prise réelle sur la situation - auquel obéissent d’autres membres du gouvernement, vu que l’actuel Premier ministre brille par sa couardise et son immobilisme. Les problèmes – y compris militaires - laissés à Pomodimo qui doit se battre pour y trouver des solutions par un président de la République et un gouvernement démissionnaires, résultent plus de leur pourrissement qu’autre chose. Où est le Trésor public ? Où sont les Forces Armées Centrafricaines (FACA) ? Quelle humiliation ?

Utilisé donc à l’excès par un régime politique en perte de vitesse et démissionnaire, qui créé volontairement les problèmes sans vouloir en réalité qu’on y trouve des solutions, Mgr Pomodimo se retrouve tout à la fois sur les dossiers administratifs, politiques, civils que militaires sans réelles chances  d’obtenir gain de cause parce que ne bénéficiant ni du soutien politique du régime ni de la confiance de Bozizé en personne, qui le regarde même toujours de travers.

A tel point qu’on ne peut s’expliquer que la crise née du détournement présumé par la haute hiérarchie de l’armée  nationale (c’est-à-dire Bozizé et son fils Francis) des fonds destinés aux  mesures d’accompagnement des retraités, puisse faire l’objet d’une incompréhension telle entre les protagonistes qui ait pu contraindre l’ex-prélat à se mêler une fois de plus à ce dossier en promettant aux concernés d’en « porter la croix », ce qu’ils ne lui pardonneront pas ensuite.

Hélas, ces infortunés retraités qui auront eu le malheur de se retrouver dans  cette situation sous Bozizé, ont essayé toutes les solutions pour recouvrer leurs  droits. En vain, car un dispositif répulsif strict a été mis en place au ministère de la défense et à l’Etat-Major. Ne sachant plus à quel saint se vouer et où trouver un interlocuteur, ces parias de l’armée centrafricaine ont jeté leur dévolu sur le bâtiment abritant les services de la représentation de l’Union Européenne pour y organiser leurs assemblées générales ou leurs sit-in. Au demeurant, c’est en rapportant une de ces occupations que deux journalistes ont été arrêtés et condamnés à payer un franc symbolique au fils de son père – Francis Bozizé – qu’ils ont eu  l’outrecuidance d’indexer comme étant le responsable du malheur de ces retraités.

Au plus fort de la gesticulation de ces damnés de l’armée centrafricaine, le  Délégué à l’Union Européenne, M. Guy Samzun a déclaré à l’issue d’un entretien  avec Bozizé que « les fonds sont là » mais ce n’est pas tout de le dire ! A supposer que ce que dit ce diplomate soit vrai, on est fondé néanmoins à se demander pourquoi ne paie-t-on pas ces vieux ? Les multiples rencontres du Médiateur avec le père, le fils ou ce diplomate n’ont jamais permis de faire ouvrir le tiroir-caisse.

Exaspérés, les parias vont déclencher une action commando contre la personne du  Médiateur qu’ils ont qualifié de « menteur », concept et pratique inconnus de  son environnement lors de son exercice ministériel à l’archevêché de Bangui. Or s’il y a un ou des menteur(s) à retrouver, il faut plutôt le(s) rechercher du  côté du père, du fils ou du diplomate. Et voilà le Mgr réduit à faire les frais d’une histoire artificiellement créée du fait de la cupidité et de la boulimie financière des tenants du pouvoir pour  lesquels tout financement est bon à empocher. Gageons que l’opposition résolue de ces retraités ôte définitivement aux princes  qui gouvernent la Centrafrique toute kleptomanie. Les patriotes centrafricains doivent réfléchir par deux fois avant de s’engager  à travailler avec un régime tel que celui de Bozizé.

 Rédaction C.A.P

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société