Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 03:15

 

 

Bad-Guys.jpg100616_0_Failed_States_Illo.jpg

 

 

Sur cette photo de gauche en couverture du magazine Foreign Policy des mois de juillet et août 2010, on distingue clairement le hors la loi François Bozizé figurer en bonne place dans le Top 5 des dictateurs qui veulent détruire le monde. Il se tient juste derrière le sénile Robert Mugabe du Zimbabwé et devant le nord Coréen Kim Jong Il, à côté du dictateur Tan Shwé de Birmanie et El Beshir du Soudan.

Sur la photo de droite, c'est le Top 10 des mauvais petits gars, "bad guys" en anglais, ces dictateurs dont certains fragilisent encore davantage d'autres états déjà défaillants. On y retrouve encore Bozizé, cette fois-ci aux côtés de son parrain tchadien Idriss Déby et l'iranien Mahamoud Ahmadinejad. Quelle sacrée réputation ! La République centrafricaine n'a nullement besoin que son image soit associée à celle d'un tel et si sinistre personnage. Plus que jamais, BOZIZE DOIT PARTIR !!!! 

 

 

États en déliquescence

Une catastrophe littérale

 Les choses ne sont que ce qu'elles semblent être en République centrafricaine.

 par  GRAEME WOOD

Source : foreignpolicy.com  juillet / août 2010

Le tic charmant des Centrafricains est leur tendance à nommer les choses aussi littéralement que possible, y compris leur propre pays, une république d'Afrique centrale, qu’ils appellent  la "République centrafricaine." Pour quelques dollars, les vendeurs de rue dans la capitale Bangui vendent des cadres de collages d'ailes de papillons comme souvenirs de Centrafrique. Ils sont marqués du slogan utile ", souvenir de l'Afrique centrale." Le seul restaurant chinois en ville est appelé « Restaurant chinois ».

Ce fut donc une surprise et une déception d’être averti que pour la Journée mondiale, la seule chose dont je ne pouvais pas dépendre est de trouver quelque chose à manger. François Bozizé, le général centrafricain qui s'est proclamé président en 2003, avait choisi de célébrer la fête parrainée par l'ONU en Décembre dernier à Obo, le pays de la région la plus au large. Obo souffre de la triple malédiction de l'éloignement extrême, la proximité des cas de foyer perpétuel de tension du Soudan et la République démocratique du Congo, et - le pire de tout - les raids constants de la Lord's Resistance Army, groupe terroriste de l'Ouganda qui est la réponse africaine à la famille Manson, avec la prévisibilité en moins prévisible et un meilleur goût musical. Bozizé a apporté sa propre nourriture, tandis que la population d'Obo s’est préparée à survivre avec son régime alimentaire habituel de manioc, une plante facile à cultiver, mais à peu près aussi nutritive que la sciure de bois.

La République centrafricaine est un trou noir de la gouvernance au centre du continent. Depuis sa déclaration d'indépendance par rapport à la France en 1960, elle a goûté à divers despotismes africains : des dictatures militaires, des kleptocraties civiles, et même un «empire», avec un empereur sur un trône d'or. Aucun de ces régimes n’a duré plus d'une décennie avant que le chef n’ait changé le cours tout aussi désagréable des choses. Bozizé n'a pas mieux réussi que ses prédécesseurs, la décision d'un territoire de la taille du Texas, avec un PIB nettement inférieur à celui de Pine Bluff, Arkansas. Ainsi, pour les deux dernières décennies, la République centrafricaine sous Bozizé ne tient que par des quantités massives d'aide étrangère, qui a des effets corrosifs sur le gouvernement. C’est ainsi qu’un voyageur a écrit: «L'aide étrangère est à la RCA ce que la cocaïne est la Colombie."

Mais cette aide a permis à Bozizé, aujourd'hui âgé de 63 ans, d’asseoir son entreprise de prédation sur le pays. Général comme dans une variété de George Custer - dernier de sa classe à l'école des officiers "à Bouar, mais suffisamment rusé pour gravir les échelons - Bozizé a trouvé un premier patron à la fin des années 1970 en la personne de l'empereur Jean-Bedel Bokassa, qui l’a promu après avoir vu Bozizé battre un soldat insolent. Après, Bozizé a été promu chef d'état-major dans les années 1990, et par l’entremise du puissant voisin président tchadien Idriss Déby et ennemi de son prédécesseur, Bozizé lui sourit, et a pris le pouvoir presque sans opposition en 2003. Il continue d'avoir une garde prétorienne tchadienne, avec une surprenante réputation comme une amélioration par rapport à ses prédécesseurs, du moins quand il s'agit de la consolidation de la corruption à l'intérieur de l'État. Ce que Rudyard Kipling a écrit de la police dans l'Inde coloniale pourrait s'appliquer à lui: Il peut être un voleur et un racketteur, mais au moins il ne souffre pas de rivaux en dehors de son propre cercle.

 Mais l'argent de l'aide - et le pouvoir qui va avec - ne s'étend ce jour qu'en République centrafricaine. Et la République de Bozizé est maintenant pourrie sur les bords. Bozizé a pris le pouvoir par la force, et un millier de rébellions ont fleuri à son exemple. Sa procédure pour traiter avec euxces rébellions est maintenant chose courante: Les rebelles s’emparent du chef lieu d’une préfecture pour une journée ou deux, font fuir les forces gouvernementales mal équipées. Bozizé envoie ses soldats avec l'appui français pour reprendre la ville. Les rebelles négocient et éventuellement, ils viennent à la capitale, les partisans de Bozizé, leur chef devient conseiller à la présidence et chacun de ses lieutenants promu au grade de colonel. Comme dans la planète des condamnés, les mouvements rebelles sont retirés dans le trou noir de Bozizé, puis sont éliminés en se faisant acheter. Le cycle se poursuit, et paradoxalement, il dure: des mini-rébellions existent sur toutes les frontières mais pas une seule ne peut rassembler assez de force pour menacer la capitale. Le mieux qu'on puisse dire au sujet de cet équilibre de l'anarchie est que la situation en République centrafricaine est légèrement meilleure que chez ses voisins qui sont aux prises avec un homme fort diabolique au Tchad, la menace permanente de guerre civile au Soudan, et l'abandon total de gouvernement au Congo.

Au moins cela semble être la cause de la fête lorsque j’ai suivi Bozizé à l'extrême pointe de son pays à Obo, qui se trouve près de la frontière des plaies du Soudan et du Congo. Les autorités avaient été déterminées à en faire une occasion de visite. Bozizé a ordonné que la route soit dégagée pour que son entourage puisse se rendre à Obo en cinq jours, alors qu'avant, il fallait une semaine  et plus pour y arriver tard. Il a aussi envoyé un générateur électrique, et dans les jours avant la fête la Journée mondiale de l'alimentation, Obo a eu le luxe incroyable de nuits entières de courant. Lorsque Bozizé arrive, ceux qui font la queue pour le rencontrer sont notamment les vendeurs d'ivoire d'éléphant, les enfants de la maternelle, et un groupe d'artistes qui font les clowns autour de l'estrade présidentielle avec des visages peints en blanc, feignant la chasse aux singes.

Quand l'homme fort s'adresse à la foule, il promet une plus grande attention du gouvernement, mais la population d'Obo n’y croît pas, étant donné que l’entourage du pouvoir est associé au banditisme, elle aurait effectivement préféré que leur gouvernement s’en démarque. Bozizé décide de leur ambivalence: «Applaudissez!" ordonne-t-il, et Bozizé a vraiment deux types d’auditeurs: les Centrafricains auxquels il s'adresse dans la langue sango, et les Nations Unies et des délégations diplomatiques, auxquels il s'adresse en français. Les messages divergent effrontément, avec du paternalisme pour les citoyens ("amolenge," les appelle-t-il, ou «enfants») et de parler de la responsabilité et des partenaires au développement s’agissant des bailleurs de fonds internationaux sur l'estrade à côté de lui. L'ambassadeur français Jean-Pierre Vidon est resplendissant dans un costume tout blanc, comme Tom Wolfe tout juste de sorti du pressing. L'ambassadeur américain Frederick Cook, qui, avec 12 M $ par année représente en RCA le plus important donateur d'aide humanitaire, s’est récemment brouillé avec Bozizé à propos de la répartition des fonds pour construire des routes (Bozizé voulait dépenser de l'argent pour le fonctionnement de son gouvernement; Cook voulait payer les travailleurs manuels directement) . Aujourd'hui, il n'est pas présent.

En Sango, Bozizé termine son allocution par la promesse mieux appréciée de l'après-midi, qui est de renforcer suffisamment la sécurité pour permettre au Programme alimentaire mondial (PAM) au panier dans son creux de l'aide. L'Etat a donc flétrie dehors de la capitale, cependant, que la seule garantie de la sécurité que peut offrir Bozizé vient des forces militaires ougandaises qui rôdent dans les forêts en dehors de la ville d’Obo à la recherche de la Lord's Resistance Army (LRA). C'est un rappel qui prouve à quel point le gouvernement a peu à offrir, Bozizé ne peut rien promettre, mais la négligence bénigne et la protection fournie par un État étranger avec seulement en tête la traque des terroristes.

Le président a apporté de la nourriture, mais pour les habitants d’Obo, c’est juste pour regarder mais à ne pas toucher, pour l'odeur, mais pas le goût. Bozizé (portait une chemise orange portant le logo de son parti et pas moins de six portraits photographiques de lui-même) réunit son cabinet et des dignitaires étrangers autour d'une plate-forme spécialement construite en béton dans un espace ouvert de la ville. La restauration est somptueuse: bière et du vin français, de la charcuterie et un buffet avec des pommes de terre, du pain, du couscous, et une perche du Nil grosse comme ma cuisse. Les soldats retiennent le reste à Obo - des milliers de personnes – à environ 20 mètres de la table, assez proche de l'odeur de grain riche du couscous au flair de leurs narines. Si je n'étais pas parmi les dignitaires, j’aurais honteusement profité de ma peau pâle, je serais probablement sérieusement agacé par le dispositif. Mais le peuple d'Obo pense un peu différemment. Le seul leader centrafricain dont ils prétendent se souvenir plus tendrement du pouvoir est l’empereur Bokassa, qui a dépensé 22 millions de dollars, soit environ 5 pour cent du PIB du pays, dans une cérémonie pour son installation sur un trône d'or, au style de Napoléon.

Lorsque Bozizé quitte Obo le lendemain, son entourage reste après lui pour finir le vin, léchant même les goulots d'étranglement des bouteilles. Le générateur que Bozizé a envoyé dans la ville s'arrête ce soir-là (Où allait-on se procurer du carburant? Personne ne semblait savoir), et le buffet est abandonné, comme motifs de cirque après que les éléphants et les chapiteaux ont été mis en place et déménagés. A l'est dans les ténèbres, c’est le Soudan, au sud c’est la folie au Congo. Au Nord et à l'ouest, les soldats ougandais et les rebelles se tirent dessus. Alors comment Obo l’affamée peut elle se plaindre?

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales