Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 23:09

 

 

Touadéra Faustin

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 18 Mai 2011 13:35

Un grand rendez-vous républicain. Le premier Ministre Faustin Archange Touadéra passe au peigne fin ce mercredi 18 mai 2011, sa nouvelle politique d’action pour la 3ème primature. Il s’agit d’un face à face entre l’exécutif et le législatif, en présence de la société civile. L’opposition y a été un grand absent.

Le nouveau locataire de la primature se veut très ambitieux pour un cadre de vie décent de la population centrafricaine. Il a d’abord dressé un bilan positif du premier quinquennat qui vient de s’achever, malgré  quelques contraintes.

Du secteur agricole en passant par l’économie, le social l’éducation, l’emploie, les télécommunications, le transport, la diplomatie, la sécurité pour ne citer que ceux-ci le premier ministre a déclaré avoir considérablement progressé.

D’après lui, le gouvernement, conscient de l’effet de l’évènement sur les activités économiques, entend mettre en place un programme économique qui permettra d’améliorer l’environnement des affaires en vue d’attirer les investissements directement étrangers, renforcer les capacités d’offres par la diversification de produits à l’exportation, accroitre la participation des femmes dans l’exercice des activités économiques.

Les efforts seront concentrés à court et moyen terme sur la levée des contraintes entravant le développement du secteur privé formel. Ce secteur sera impliqué dans la définition de politique et stratégies relatives à ces activités et établir un climat de confiance entre le gouvernement et le secteur privé pour une lutte contre la pauvreté, a indiqué le premier ministre.

Hors mis le secteur de l’économie, il a aussi mis l’accent sur l’accès de la population à l’eau potable, à l’énergie, aux services de santé, de l’éducation de qualité, le renforcement du secteur des mines de l’artisanat, du tourisme, de la culture, de la justice, de la diplomatie.

A titre d’exemple, la Centrafrique qui dispose d’un produit intérieur brut de 8% en 2010, entend en atteindre 10 à 15%, d’ici 2015. Scolariser sans distinction de sexes, 35 à 45% d’enfants pour la même année. Faire accéder aussi 72% de la population aux services de santé de base.

La sécurité est apparue comme axe transversal pour un développement socioéconomique et politique durable. La lutte contre les rebelles de l’Armée de Résistance du Seigneur figure au menu de ce discours programme.

Les autres secteurs n’ont pas été oubliés : habitat avec l’annonce de la construction de plus de 8000 logement sociaux à moindre coût ; la redynamisation du secteur de la forêt ; la lutte contre la corruption ; la poursuite des réformes de l’administration, notamment avec la mise en place d’un organe chargé du suivi et de la gestion des élections.

 

 

Centrafrique : Exit et fin de la session extraordinaire du Parlement

Par Fleury Koursany - 18/05/2011

Elle s'achève avec la présentation de politique générale du premier ministre Faustin Archange Touadera

 

Ladite session avait pour objectifs, la mise en place du bureau de l’Assemblée nationale, des groupes et commissions parlementaires. Le président sortant de ce Parlement, Célestin Leroy Gaombalet, député de Bambari 2, candidat à sa propre succession a été reconduit à son poste. Tandis que l’ancien ministre de la Justice, Laurent Ngon Baba hérite de la première Vice-présidence et Timoléon Mbaïkoua, du MLPC s’assieds désormais à la deuxième Vice-présidence.

 Des élus entrants sortis par la Cour

Cette session extraordinaire du Parlement aura aussi permis aux élus du peuple d’être définitivement fixés sur leurs sort en ce qui concerne la proclamation officielle des résultats du second tour des scrutins législatifs par la Cour constitutionnelle. Celle-ci vient d’écarter de la nouvelle Assemblée, les nommés Thierry Maleyombo, candidat du KNK dans le septième Arrondissement déclaré élu par la défunte Commission électorale indépendante. C’est aussi au cours de cette session finissante de l’Assemblée nationale que le Premier ministre centrafricain Faustin Archange Touadera a présenté son discours de politique générale conformément à la loi. En effet, l’article 41 de la Constitution centrafricaine du 27 décembre 2004 stipule qu’après la nomination des membres du gouvernement, le Premier ministre, Chef du gouvernement, se présente dans un délai maximum de soixante (60) jours, devant l’Assemblée nationale et expose son programme de politique générale. En cas de non respect du délai de soixante (60) jours, il est fait application de l’article 40 ci-dessus. Aux termes de cette disposition, la responsabilité du Premier ministre peut-être engagée devant le Président de la République ou l’Assemblée nationale.

 

 

NDLR : C’est un simple brassage d’air qu’a fait devant une l’Assemblée nationale illégitime et illégale ce premier ministre qui sait dans son for intérieur que son gouvernement est tout aussi illégitime parce que plombé par des élections frauduleuses quasiment non reconnues par personne et déclarées « sujettes à caution » par le rapport de la mission d’experts électoraux financé par l’Union Européenne.

Selon nos informations, lorsqu'il était venu à Paris en mars dernier pour la  réunion de l'ITIE, le même Faustin Touadéra avait pu pourtant s'entretenir avec les responsables de l'OIF qui l'avaient chargé d'aller faire comprendre à Bozizé la nécessité d'annuler les élections, du moins les législatives que tout le monde sait truquées. Quelle est la réponse de Bozizé à cette requête ?  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique