Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 02:26

 

 

 

 

Boz ballon

 

Bangui 31 mai (C.A.P) - Faut-il en rire ou en pleurer ? Selon des informations sûres émanant d’une source ayant requis un strict anonymat, le conseil des ministres du gouvernement centrafricain de ce jeudi 31 mai 2012 a failli traiter de l’affaire de la tentative du coup d’Etat attribuée à Sylvain Ndoutingaï mais un ministre, en l’occurrence celui de l’enseignement supérieur, Jean Willybiro-Sako, a tout fait foirer.

En effet, Alfred Poloko Tainga en tant que ministre de la Communication, aurait clairement demandé que la lumière soit faite pour sa gouverne car il serait très souvent questionné ces derniers temps par plusieurs médias étrangers sur une affaire de tentative de coup d’Etat en Centrafrique réelle ou imaginaire attribuée au ministre d’Etat Sylvain Ndoutingaï sans que lui, soit à même d’apporter la moindre réponse à ses interlocuteurs.

Devant ce problème posé, Bozizé aurait immédiatement donné la parole à Sylvain Ndoutingaï  pour qu’il réponde à la question posée par le ministre Alfred Poloko mais à peine Ndoutingaï avait-il commencé à parler que le ministre Willybiro-Sako, en bon flic, se serait carrément levé pour supplier Bozizé de ne point autoriser que la question soulevée par le ministre Poloko soit abordée au conseil de ministres car d’après lui, il « y aurait des représentants de Prosper N’douba dans la salle et que tout ce qui serait dit se retrouverait dans les colonnes de Centrafrique-Presse. » (sic)

C’est ainsi que l’affaire de la tentative de coup d’Etat de Ndoutingaï ou de la révolution de palais réelle ou supposée de ce dernier gardera encore son mystère, pour combien de temps, et que la rédaction de Centrafrique-Presse ne puisse pas s’offrir le plaisir de la relater à ses fidèles lecteurs.

La rédaction de Centrafrique-Presse qui aurait bien aimé connaître les noms des ministres que leur collègue de l’enseignement supérieur soupçonne et accuse d’être des « représentants » de C.A.P. Elle s’étonne surtout que le ministre Jean Willybiro-Sako puisse lancer des accusations aussi graves à son endroit sans apporter le moindre début de commencement de preuve. Elle remercie néanmoins le ministre de l’enseignement supérieur de la publicité gratuite qu’il lui fait à cette occasion.

Si le conseil de ministres n’est pas le lieu pour délibérer des questions importantes concernant la vie de la nation centrafricaine, où le gouvernement pourrait-il et devrait-il en traiter ?  S’il est vrai et établi que Centrafrique-Presse a réussi à infiltrer des taupes au sein du gouvernement, Bozizé et son premier ministre doivent prendre leurs responsabilités et les débusquer ou dissoudre purement et simplement ce gouvernement qui est une vraie passoire car comment imaginer le gouvernement de tout un pays aussi impuissant et tétanisé devant la rédaction d’un journal.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique