Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 18:51

 

 

Baba-Ladde1

Par RFI mercredi 25 janvier 2012

 

L'offensive contre le rebelle tchadien Abdel Kader Laddé a commencé en Centrafrique, le lundi 23 janvier 2012 au matin. Baba Laddé, c'est le chef du Front populaire pour le redressement (le FPR), une rébellion tchadienne qui sévit dans le centre-nord de la RCA.

Il s'agit d'une attaque conjointe des armées centrafricaine et tchadienne. Dans un communiqué, Baba Laddé a déclaré qu'il considérait cette attaque comme une déclaration de guerre du régime de Bangui contre lui. Il a affirmé qu'il soutiendrait une rébellion « pour renverser » le président François Bozizé. Réponse du gouvernement centrafricain : « Le gouvernement prend ses responsabilités ».

Firmin Féindiro Porte-parole du gouvernement centrafricain.

« Baba Laddé est un étranger en territoire centrafricain ».

25/01/2012 par Carine Frenk

 

 

 

Tchad-RCA: réaction du FPR à Firmin Féindiro, porte-parole du Gouvernement centrafricain

                                                    Communiqué de presse

 

Propos décousus Firmin Féindiro,  porte-parole du gouvernement centrafricain


Le Front Populaire pour le Redressement (FPR) a suivi l’intervention décousue et irréaliste  sur les antennes de Radio France Internationale (Rfi) de M. Firmin Féindiro, porte-parole du Gouvernement de Bangui, dans laquelle, il taxe le Général Baba Laddé d’étranger ayant pris une portion en terre centrafricaine.

Le FPR souligne que la présence de ses forces en RCA n’est en aucun cas une annexion moins encore une invasion.

L’histoire récente  des mouvements rebelles dans la sous-région remet en cause les propos fallacieux de M.Firmin Féindiro.

Le FPR cite à titre d’exemples plusieurs cas à savoir,  l’actuel François Bozizé n’a-t-il pas  pris le pouvoir le pouvoir en RCA, en faisant du Tchad comme base arrière ?

Idriss Deby à l’époque n’a-t-il pas fait du Soudan, sa base arrière pour s’emparer du pouvoir au Tchad ?

De même que  les rebelles du Darfour du Mouvement pour la Justice et l’Egalité (MJE) ainsi que ceux du Tchad, ont respectivement occupé des territoires étrangers pour mener leurs luttes contre les régimes de Deby et d’El-ébéchir.

Accuser, le FPR fallacieusement et lui reprocher des choses, est un mensonge grossier et inqualifiable.
Le FPR dément les accusations infondées des autorités centrafricaines qui affirmaient avoir privilégié une procédure de négociation entre nous et  le régime de Ndjaména.

Le Gouvernement centrafricain a toujours un rôle trouble dans  son approche de négociation entre le FPR et le Tchad. Il a plutôt diverti notre attention par des méthodes dilatoires en donnant plus de temps aux autorités tchadiennes pour préparer des attaques conjointes contre notre position  avec la complicité remarquée des forces armées centrafricaines (faca).

Le FPR rappelle aux autorités centrafricaines qu’aucune médiation n’est possible tant qu’elles maintiennent leur statut actuel de juge et partie ou d’acteurs et complices avec le Tchad dans ce contentieux.

Le FPR lance un appel pour une implication massive de la communauté africaine et  internationale dans la résolution du conflit Tchado-Tchadien, gage d’une stabilité politique dans la sous-région.

Vive le FPR !

Vive la démocratie !

Vive le peuple tchadien et centrafricain !


                                          Fait à Kaka Bandaro, le 25 janvier 2012


La cellule de communication du Front Populaire pour le Redressement (FPR)

Contact : 00 88 216 6 99 7192 7

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE ACTUS / prpe SUR LES COMBATS À LA FRONTIÈRE TCHAD- CENTRAFRIQUE

Dans un communiqué du 24 janvier 2012, le Front Populaire pour le Redressement (FPR), faisait état de violents affrontements dans la localité frontalière de Kaka Bandaro (Centrafrique) entre ses Forces et les armées des dictateurs généraux présidents Déby et Bozizé.

Les peuples du Tchad et de Centrafrique sont victimes de la folie guerrière des deux alliés de la Françafrique, qui s’incrustent aux pouvoirs en noyant dans le sang toute révolte contre leur tyrannie. Les compatriotes résidant en Centrafrique, suspectés d’être sympathisants du FPR sont massivement arrêtés. Ils sont en danger de mort dans les geôles de ces deux dictateurs.

Face à la misère incommensurable et ce malgré les revenus du pétrole, aux injustices, aux humiliations quotidiennes, aux assassinats, aux pillages des ressources au profit du seul clan présidentiel de Déby, constatant le refus permanent de la tenue d’une conférence inclusive de paix, le peuple tchadien n’a pas d’autres alternatives que celle d’une résistance armée. C’est une question de survie d’un peuple et de l’existence du Tchad.

De ce qui précède, notre Parti ACTUS/prpe :

condamne sans retenue aucune les crimes de guerre commis contre les forces de résistance du FPR, les peuples du Tchad et de Centrafrique.

exige la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers de guerre et politique dans les pays.

soutient la légitime et héroïque résistance armée du FPR face à 21 ans de tyrannie du Général président Deby

▪ interpelle les organisations des droits de l’homme (LTDH, AI, HWR, LDH…) d’intervenir auprès des gouvernements du  Tchad et de Centrafrique, afin d’assurer l’intégrité physique des personnes injustement incarcérées et oeuvrer pour  leur libération et indemnisation.


sollicite l’Union Africaine (UA) d’organiser une Conférence de paix inclusive afin de trouver une solution pacifique et  pérenne au conflit tchadien qui perdure.


demande à la France de respecter la volonté du peuple tchadien qui combat depuis 21 ans la dictature, en arrêtant  son soutien inconditionnel et multiforme au Général Président Déby.



                                                  Fait le 25 janvier 2012

Pour le Comité Central d’ACTUS/prpe
Le Secrétaire à la Communication


Josué NDONINGA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers