Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 04:18

 

 

 

Avant de signer publiquement le décret qui devait officialiser la nomination de Nicolas Tiangaye comme Premier Ministre, Bozizé a cru devoir comme à son habitude, réunir la classe politique, la société civile et le corps diplomatique pour une ultime foire d'empoigne au palais de la Renaissance. Il s'agissait pour lui, de donner la parole à un certain nombre de personnes telles qu'Auguste Boukanga, Bengué Bossin notamment, au sujet desquels d'évidentes questions d'équilibre mental  se posent et qui ne réprésentent en réalité que leur modeste personne mais que Bozizé instrumentalise à dessein pour discréditer et lyncher Nicolas Tiangaye et Martin Ziguélé, les deux principaux leaders de l'opposition qui lui mènent la vie dure et qui sont à tort accusés d'être les bras politiques de la rébellion de Séléka.

 

Tiangaye en particulier, a été vitupéré par ces énergumènes qui avaient des comptes personnels à régler avec lui et certaines personnes dans l'entourage de Bozizé et dans la majorité présidentielle pour les avoir écartés du déplacement de Libreville, parce qu'on devrait prétendaient-ils, y distribuer des enveloppes aux participants. Ces agitateurs sont utilisés délibérément par Bozizé qui leur ressemble aussi, pour abaisser le niveau des débats au sein de la classe politique et faire honte aux Centrafricains. Y en a marre de ces médiocres et de cette médiocrité très préjudiciable à la classe politique dans son ensemble. Ce doit cesser !  Doivent aussi cesser ces réunions au Palais, convoquées par voie de communiqué radio par le protocole d'état au nom de Bozizé, juste la veille pour se tenir le lendemain et sans la moindre indication d'ordre du jour ni de la qualité des participants. L'opposition ne doit plus cautionner et se prêter à cette bouffonnerie où Bozizé en profite toujours pour la ridiculiser.

 

Par ailleurs, il doit être clair que les prétentions de Bozizé de disposer non seulement pour son seul clan de 12 portefeuilles mais aussi des prétendues ministères régaliens, sont mal venues et une vilaine plaisanterie. Pourquoi se résigne-t-il à accepter sans broncher que le ministère de la défense où lui et son fils ont lamentablement échoué puisse revenir désormais à Séléka ? Pourquoi veut-il encore disposer du ministère des finances où le bilan de sa gestion y a été particulièrement désastreux ?  Pourquoi voudrait-il disposer du ministère des mines où sa gestion opaque avec Ndoutingaï a été si catastrophique pour le pays ? Pourquoi doit-il disposer du ministère de l'Administration du territoire afin délibérément encore saboter par malhonnêteté l'organisation des prochaines élections ? Pourquoi peut-il avoir encore des prétentions sur le ministère des affaires étrangères avec une diplomatie aussi calamiteuse comme jusqu'à présent ? Bozizé doit se mettre dans la tête une fois pour toute qu'il est en sursis car tout le monde a exigé à Libreville son départ. C'est pour des raisons d'apaisement du contexte politico-social dans le pays qu'on a été contraint de tolérer son maintien au pouvoir mais en tout état de cause cela ne lui confère plus jamais quelque pouvoir prétendument discrétionnaire que ce soit. Certaines dispositions de la constitution sont suspendues de fait pour des raisons politiques. Se demande-t-il même pour quelle raison il ne peut plus désormais destituer le Premier Ministre qu'on lui a imposé ?

 

La rédaction     

 

 

Bozize-au-palais.JPG

 

Bozize-au-micro-derriere-Socrate.JPG

 

Socrate-tete-basse-pendant-la-reunion.JPG

Socrate Bozizé fatigué par le cinéma de son père

 

 

Gaombalet.JPG

Célestin Leroy Gaombalet alias "Gaou la fumée"

 

 

Ziguele--Tiangaye--Boniba--Mandaba-Dhaffane.JPG

les ténors de l'opposition démocratique


 

deux-complices.JPG

Martin Ziguélé et Nicolas Tiangaye en pleine complicité

 

 

Dhaffane--Boniba--Mandaba--Gazambeti.JPG

Jean Michel Mandaba, Jacques Boniba du MLD et Mohamed Moussa Dhaffane CPSK

 

 

Michel Djotodia Am Nondroko

Michel Djotodia Am Nondroko patron de l'UFDR et de Séléka


 

gl-Dhaffane.JPG

gl Mohamed Moussa Dhaffane (CPSK - Séléka); derrière lui Gazam Betty et Djotodia

 

 

Demafouth-pendant-la-reunion-du-palais.JPG

Jean Jacques Demafouth;  Bozizé a donné lecture de sa lettre de candidature comme PM

 

 

les-diplomates.JPG

le corps diplomatique, l'ambassadeur de France Serge Mucetti en cravate bleue, Guy Samzun de l'UE, Mme Vogt du BINUCA, et Mme Hawa de l'UA

 

 

Ngoki-au-micro.JPG

Ngoki 

 

 

Djotodia-au-micro.JPG

Djotodia au micro pour réaffirmer le choix de Séléka de Tiangaye comme PM

 

 

Bozize-saluant-le-gl-Dhaffane.JPG

Le général Bozizé et le général Moussa Mohamed Dhaffane du CPSK

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique