Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 02:27

 

 

conducteurs-de-taxi-banguissois.jpg

 

Radio Ndéké Luka Lundi, 07 Novembre 2011 13:44

Après deux semaines de soins intensifs à l’Hôpital de l’Amitié de Bangui, le conducteur de taxi, qui était agressé par des éléments de la garde présidentielle à la sortie nord de la capitale est finalement mort ce 6 septembre 2011 à l’Hôpital de l’Amitié à Bangui. Son agression avait engendré la colère des conducteurs des taxis et bus qui avaient observé un arrêt de travail le 2 novembre dernier, paralysant ainsi la circulation dans toute la capitale Bangui.

A l’annonce de ce décès, Jean Brice Portdjiane a appelé ses « collègues conducteurs au calme, car  les autorités ont tout fait pour sauver notre collègue mais dommage ! Donc je les invite au calme et nous allons très bientôt convoquer une assemblée générale pour voir des conduites à tenir ».

Aucune déclaration du coté gouvernemental n’a été faite pour l’instant. Pendant ce temps, ces conducteurs des taxis et bus entrent dans la seconde phase de leur mouvement de grève. Le syndicat avait décidé d’observer un arrêt de circulation des taxis et bus dès 19 heures à compter de ce lundi 7 au lundi 14 novembre prochain.

L’acte remonte au 29 septembre dernier aux environs de 20 heures où « j’ai été sollicité au niveau de barrière de PK 12 pour une course par deux hommes en tenue militaire et en armes avec des bérets verts et un civil. Ils m’ont demandé de les accompagner pour récupérer 5 sacs de ciments sur la route de Damara (Nord de Bangui). Après avoir conclu le prix de la course, on était arrivé là ils sont censé mettre le ciment en pleine brousse.

On était rentré dans la brousse à quelques 5 mètres de la route, l’autre militaire charge son arme de marque AK 47. Lorsque je voulais me tourner j’avais entendu le coup de feu et j’avais senti que j’avais été touché au bras gauche et il avait encore tiré à nouveau et la balle a traversé mes intestins et j’étais tombé et ils sont partis avec ma voiture », avait expliqué à Radio Ndeke Luka le défunt Austin Obam.

La voiture avait été retrouvé abandonner le lendemain dans la ville de Bangui. La victime avait été récupérée par les passants et ramenée à l’hôpital de l’Amitié. Le secrétaire général du syndicat des conducteurs des taxis et bus Jean Brice Portdjane, dans une interview accordée à Radio Ndeke Luka s’était plaint des conditions dans lesquelles ce conducteur de taxi était soigné.

Les conducteurs qui avaient finalement décidé le 31 octobre 2011d’observer un arrêt de travail le mercredi 2 novembre, pour attirer l’attention des autorités centrafricaines sur la sécurité des conducteurs et receveurs des taxis et taxis-bus.

Un mouvement de grève qui avait sensiblement perturbé la circulation dans la ville de Bangui dans la matinée. Mais vers 10h30mn, les membres du bureau du Syndicat des conducteurs et receveurs des taxis et taxis-bus (SCRTB) étaient arrivés à Radio Ndeke Luka pour annoncer l’arrêt de la grève.

Le ministre de la défense nationale qui était en mission à l’étranger avait appelé pour envoyer un médecin militaire pour les soins du blessé. Les autorités en charge de la sécurité nationale avaient également donné des fermes décisions pour prendre désormais en main la sécurité des conducteurs, selon le syndicat des conducteurs des taxis et taxis-bus.

L’enquête ouvert sur la circonstance suit son cours et dans un mutisme total.

 

NDLR : Une fois de plus, les délinquants soldats de la garde présidentielle de Bozizé ont versé le sang d’un paisible et innocent fils du pays dans l’exercice de son métier et il sera très étonnant que les auteurs de ce crime gratuit soient retrouvés et à plus forte raison punis par la justice. Plus étrange aussi est l’attitude du secrétaire général du syndicat des chauffeurs de taxis qui, au lieu de se contenter de la défense des intérêts de ses membres, croît qu’il est plus important d’écrire des lettres de remerciements aux ministres Claude Richard Gouandja et Francis Bozizé qui auraient fait soigner la victime qui est finalement décédé de ses graves blessures par balles de Kalachnikov. Ce faisant, il se comporte en vrai briseur de grève. Il doit sans doute être manipulé et corrompu par le pouvoir en place. Quel est le travail fait en amont par ces ministres pour qu’on n’en arrive pas à ce genre de drame qui survient un peu trop souvent dans ce pays où les éléments de la garde présidentielle sont au-dessus des lois ? Là est la vraie question.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société