Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 20:14

 

 

 

 

gl-Dhaffane.JPG

 

 

 

                               COMMUNIQUE DE PRESSE

                                                                 relatif à l’incursion dans la ville de Sido

 


Le 1er mars 2013 un groupe d’hommes armés a pris d’assaut la ville de SIDO, ville frontalière avec le Tchad.


La Direction politique de la SELEKA ainsi que tout son Commandement militaire, choqués et surpris, condamnent avec la plus grande fermeté cet acte qui aurait pu mettre un arrêt au processus de paix né des Accords de Libreville.


Des renseignements de terrain ont établi que cette unité appartient à l’une des composantes de la SELEKA qui avait pris part aux assises de Libreville. Nous affirmons qu’à l’état actuel des choses, toute dissidence armée unilatérale ne peut être tolérée ni par la Communauté nationale ni par la Communauté internationale et encore moins par les Chefs d’Etat de la CEEAC qui se sont engagés personnellement dans la résolution de cette crise Centrafricaine.


Des négociations internes qui avaient été entreprises auparavant se poursuivent pour tenter de résoudre le problème posé. Les revendications sont les mêmes. D’ors et déjà, instruit, l’Etat Major Militaire de la SELEKA a mis en place un dispositif spécial de défense.


Aussi, nous profitons de l’occasion pour réitérer notre grande inquiétude car, lors de la formation du Gouvernement, les attentes de la SELEKA ont été simplement balayées d’un revers de main sans discussion ni justification. Ayant réclamé sept (7) portefeuilles ministériels dont celui des Finances et des Mines, seulement cinq (5) lui sont accordés dont quatre (4) assortis de Ministres délégués. Ainsi par mesure d’équilibrage politique et par nécessité de paix, la SELEKA demande le réaménagement technique du gouvernement, étant donné que la réponse de la Haute Médiation Congolaise est attendue à ce sujet.

 

Enfin, la SELEKA rappelle que depuis la signature des Accords de Libreville, plusieurs conditions prioritaires pour le rétablissement de la confiance sont et demeurent inaccomplies à ce jour, notamment :


La libération immédiate des prisonniers politiques, et l’arrêt de nouvelles arrestations et autres tortures enregistrés ça et là,


Le démantèlement des milices et des barrières illégales, ainsi que les intimidations politiques qui persistent encore et toujours,


L’ouverture des couloirs humanitaires (surtout entre Bangui et Damara), puisque les zones SELEKA sont accessibles sans tracasseries,


Le départ progressif des troupes étrangères à la CEEAC du Territoire national. Là au contraire, on remarque plutôt le renforcement des dispositifs militaires sud africain et ougandais, la création d’un pont aérien avec remise à l’état des hélicoptères de guerre et un réarmement par le convoyage de plusieurs conteneurs stockés à Bossembélé, Bossangoa, Salo, Bangui et autres.


Toujours disposée à œuvrer pour la paix, la sécurité et la relance économique pour la reconstruction nationale, la SELEKA demande l’appui de la Communauté internationale pour éradiquer toute forme de blocage à l’application des Accords de Libreville.

 

Fait à Bangui le 02 mars 2013

 

Pour la SELEKA,


PO/ Général Mohamed M. DHAFFANE,

Ministre des Eaux, Forêts, Chasse et Pêche,

de l’Environnement et de l’Ecologie

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Communiqués