Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 04:01

 

 

 

FACA-drapeau-copie-1.jpg

 

 

LETTRE OUVERTE
    Aux compatriotes centrafricains,
    A l’opinion internationale,
A la République Française, étant parrain,
Au Président de la République
 
Nous, Collectif des Retraités par anticipation des Forces Armées Centrafricaines soutenu par les militaires radiés, voulons saluer le départ précipité du baroudeur BOZIZE YANGOUVONDA François, arrivé au pouvoir par les armes et parti par les armes.

Le constat est amer…La république centrafricaine a, une fois de plus, été ralentie sinon freinée dans son développement par un putschiste totalitaire, tribaliste, vicieux, intéressé. BOZIZE n’a pas libéré le peuple centrafricain comme il le prétendait ; il s’est plutôt libéré. N’oublions pas qu’il est ancien forçat…

BOZIZE YANGOUVONDA François à la tête du pays a passé le plus clair de son temps à détourner denier public sur denier public, enrichir illicitement sa famille, régner en dictateur, fouler au pied les textes y compris la constitution qu’il a fait rédiger à sa mesure…

Un dirigeant si peu scrupuleux ne pouvait que s’attendre à une telle chute qu’il a lui-même causée depuis sa prise de pouvoir car comment comprendre le fait que l’armée d’une nation réduite à seulement  deux mille hommes BOZIZE va précipiter huit cents hommes à une retraite anticipée ? Comment comprendre qu’un partenaire multilatéral (L’Union Européenne) débourse avec largesse de l’argent pour régler ces retraités prématurés et  BOZIZE donne aux concernés une infime partie gardant par de vers lui la part du lion, dont la mesure d’accompagnement versé a  été indument retenue ?

Quand il a fallu recruter pour renforcer les FACA réduits à néant, déficitaires, affaiblis et décadents, BOZIZE s’est arrangé à ne prendre que les jeunes de sa tribu. C’est la promotion 2O12 constituée de 5OOO soldats. Hâtivement  formés à Bouar, ils sont envoyés au front, dans la guerre déclenchée par la coalition SELEKA.  Sans surprise, ils sont matés, écrasés comme des mouches : faute d’expérience et surtout de bonne formation adéquatement militaire. Pour aller au front, il faut des soldats aguerris, expérimentés….Ces soldats-là, ce sont ceux qu’on a précipités à la retraite forcée par erreur ou plutôt par peur du coup d’Etat, aussi pour conserver le pouvoir pour l’éternité.

Personne ne pense à leur faire appel ou de penser à leur contentieux. Voilà quand son régime est en danger au point de chute, il fait recourt aux militaires et gendarmes maltraités de son armée pour barrer la route à la coalition SELEKA. Moins de quinze anciens sont allés s’inscrire, dont deux tués sur le terrain et d’autres tués par les proches du Président déchu pendant leur fuite. L’armée incompétente, déficitaire, défaillante est battue à plate couture. La coalition SELEKA a poursuivi la lutte jusqu’à s’emparer de la capitale et du pouvoir abandonné par BOZIZE.

Les compétences individuelles ne manquent pas. La nouvelle équipe dirigeante pensera certainement à eux pour combler le déficit criard dans le rang des  FACA. Car on nous a vus à l’œuvre et la récompense, c’est la monnaie de singe avec laquelle BOZIZE nous a payés. Traqués, inquiétés, extorqués, malmenés, arrêtés, emprisonnés avec les journalistes qui ont osé parler de nous…

Un mémoire explicatif écrit à cet effet a fait le tour du monde. Ses pairs Présidents sont intervenus pour lui faire entendre raison mais ce fut peine perdue car il s’est entêté et a refusé de rendre le sou confisqué. La conséquence logique de cet entêtement, c’est son départ aujourd’hui ! Car nous avons contribué efficacement par différentes manifestations et des écrits dans les média, dans lesquels l’opinion internationale  a pris acte afin de  verrouiller les aides au régime BOZIZE.

Que les compatriotes centrafricains acceptent que les français reviennent nous épauler car ils sont nos parrains et nos alliés historiques sans lesquels il ne nous est pas aisé de progresser et d’évoluer. Car BOZIZE et ses proches ont poussé les centrafricains à haïr les Français, voilà les conséquences car nous sommes loin des Français.

A l’impossible nul n’est tenu. Aussi faudrait-il non seulement les ramener dans le rang des FACA mais aussi faire intervenir les  Eléments Français d’Assistance Opérationnelle (EFAO) dont ils sont tributaires ; leur assistance militaire doit être étendue sur un délai raisonnable afin de mettre la paix définitive dans notre pays. Nous sollicitons leur présence dans tous les corps militaires comme formateurs et conseillers techniques en guise des observateurs.

Il va sans dire que tous nos partenaires aussi bien bilatéraux que multilatéraux sont cordialement invités à secourir la nation tout entière pour la relever du trou abyssal où elle est plongée malgré elle par un piètre général à la tête d’une piétaille qu’il considérait comme une armée…

A vous Excellence Monsieur le Président de la République, nous vous souhaitons encore la bienvenue. Que Dieu vous comble de toutes ses forces, d’amour afin de diriger ce pays dans une ferme rigueur sans distinction raciale, régionale et religieuse. Basant sur notre devise qui est  « Unité-Dignité-Travail » sans oublier notre langue nationale qui est le « Sango » liant tout le peuple centrafricain.

Excellence, les conséquences corrigent mieux que les conseils, nous vous prions d’observer les raisons qui avaient provoqué les débandades historiques des hommes de BOZIZE qui se faisaient plus fort avec ses compatriotes :

-          « i mou na mënë » c'est-à-dire « nous avons accédé au pouvoir par le sang », celui qui veut le pouvoir, fait pareille ;
-          « Votre temps est fini maintenant c’est le notre» ;
-          « les tu me connais » ;
-          L’abus de pouvoir de ses proches et violation des droits de la personne humaine ;
-          L’indiscipline et non respect de l’hiérarchie dans l’armée ;
-          Radiation et mise en retraite haineuse des fonctionnaires alors que ceux qui méritaient la retraite sont encore en fonction ;
-          L’injustice ;
-           Les arrestations arbitraires ;
-          Les opérations hibou ;
-          Des maisons d’arrêt parallèle ; et autres.
Ces actes  ont provoqué la division, et l’incompétence de l’armée.

Excellence, le Collectif des Retraités Militaires et Gendarmes (CRMG) promotion 2009-2010 y compris les militaires radiés sont prêts à vous aider et nous vous demandons la poursuite judiciaire du Président déchut et de son fils Francis BOZIZE l’auteur de détournement de notre argent débloqué par l’Union Européenne. Nous vous prions d’approcher l’Union Européenne afin d’examiner littéralement notre sort car d’entre nous plusieurs sont déjà mort et leurs familles sont dans la désolation. 
  
Ceci est notre pierre de reconstruction que nous apportons afin d’éviter les erreurs du passé. De facto comme de jure, ce coup de force se justifie pleinement raison pour laquelle nous le prenons comme un mal nécessaire. Le condamner serait un péché, il vaut mieux l’approuver pour nous permettre d’avancer.
 
Fait à Bangui le 01 Avril 2013
Le Représentant du CRMG               Le Représentant des Militaires Radiés       Le Rapporteur

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Communiqués