Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 11:15

 

 

 

 

RCA-hydrographie-sud-est.JPG

 

 

Les attaques dans le nord-est de la République centrafricaine revendiquées par une alliance de groupes armés

 

RFI mardi 18 décembre 2012

 

Une nouvelle alliance politico-militaire voit le jour en Centrafrique. Elle regroupe trois branches dissidentes des rébellions actives dans le nord et le nord-est du pays, qui ont revendiqué la prise de la ville de Bamingui, samedi, alors que des combats se poursuivent ce mardi 18 décembre à Bria. Les rebelles entendent, par leurs actions, obtenir du gouvernement le respect des accords de paix signés depuis plus de 5 ans. Ils demandent également la tenue d’un dialogue franc.

 

C’est depuis cinq heures, heure locale, ce mardi 18 décembre, que les rebelles ont attaqué la ville, à l’aide d’armes lourdes. Des habitants joints par RFI ce matin ont confirmé la prise de la base militaire de Bria. L’armée et les ex-rebelles de la CPJP, qui sécurisaient la ville, ont dû évacuer le camp.

 

Face à la confusion, les habitants de Bria sont restés terrés chez eux, on ne sait pas encore par où ont attaqué les rebelles. On sait seulement que c’est depuis une semaine que les rebelles ont entamé la conquête des villes du nord-est de la Centrafrique. Ainsi, en huit jours, les villes de N’Délé, Sam Ouandja, Ouadda et Bamingui, sont tour à tour tombées entre les mains des rebelles.

 

On sait-on de ce mouvement qu'il s'agit d'une alliance des rebelles, qui regroupe les dissidents de la Convention des patriotes pour la justice et la paix, l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement et la Convention des patriotes du salut du Kodro.

 

Pour faciliter une sortie de crise, les rebelles proposent dix points au pouvoir de Bangui. Ces points concernent, entre autres, le respect de multiples accords de paix entre le gouvernement et les rebelles, ainsi que la lumière sur la disparition de plusieurs membres de l’opposition.

 

Ici, à Bangui, du côté de la population, c’est la peur. Déjà, certaines personnes commencent à compter sur la prochaine cible des rebelles. Si tel est le cas, ce sera alors le tour de la ville de Bambari. Et on ne sait pas encore si l’alliance des rebelles envisage la capitale Bangui.

 

 

Centrafrique : la ville minière de Bria


BANGUI AFP / 18 décembre 2012 10h57- La ville minière de Bria, dans le centre de la Centrafrique, a été prise mardi matin par une coalition de trois mouvements rebelles, déjà auteur d'attaques sur Ndélé (nord) la semaine dernière, a indiqué à l'AFP une source militaire qui a requis l'anonymat.

 

Selon cette source, la base FACA (Forces armées centrafricaines) est tombée aux mains des assaillants après une résistance.



Coalition de plusieurs factions rebelles, le Seleka qui menace de renverser le gouvernement du président François Bozizé, revendique le respect des différents accords de paix signés entre 2007 et 2011, et qui prévoyaient notamment un Désarmement-Démobilisation-Réinsertion des combattants. Un de ses membres a récemment souligné que rien n'a été fait pour (les) sortir de la misère.



Le Seleka a parcouru quelque 300 km depuis Ndélé vers le sud-est pour rallier Bria, ville de 30.000 habitants, dans la principale zone diamantifère du centre du pays. Il reste toutefois encore à distance de Bangui, située à plus de 400 km.



Vers 4h ce matin, de fortes détonations ont commencé à se faire entendre au niveau de la base du détachement des FACA à Bria. D'abord espacées puis de plus en plus rapprochées. Les éléments des FACA ont tenté de résister, mais, très vite, beaucoup ont opéré un repli.



Quelques temps après, les tirs sont devenus sporadiques et de faible intensité. Au lever du jour, on pouvait apercevoir dans la ville des hommes munis de lance-roquettes, et d'autres armes de guerre se déplaçant en groupes, a encore affirmé la source.



La plupart des éléments des FACA ont été aperçus fuyant en direction de Bambari (autre principale ville du centre) qui dispose d'un détachement militaire plus important, a poursuivi la source.



Il est encore difficile de donner un bilan, a précisé cette source, précisant que la population est restée terrée chez elle et que les habitants des zones périphériques se sont mis à fuir la ville pour les villages environnants ou en brousse.



La coalition, le Séléka (alliance) a été créée en août par une aile dissidente de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), auteur de plusieurs attaques au nord de Bangui depuis septembre, et la Convention patriotique pour le salut wa kodro (CPSK) du Général Dhaffane Mohamed Moussa.



La faction dissidente de l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) à l'origine des violents combats qui ont lieu à Ndelé depuis le 10 décembre, vient d'adhérer au Séléka



La Mission de consolidation de la paix en Centrafrique (Micopax) issue de la Force multinationale de l'Afrique centrale (Fomac) disposait à Bria d'une base qu'elle a rétrocédée aux FACA en juin et juillet.




(©) 

 

 

NDLR : Selon des informations concordantes, à la demande de Bozizé, une trentaine de véhicules Toyota équipés d’armes lourdes de l’armée tchadienne amassés depuis hier à la frontière à Sido, auraient pénétré sur le territoire centrafricain ce matin sur ordre de Déby avec dit-on pour objectif de « libérer » les villes de Ndélé et de Mbrés passées sous contrôle des forces rebelles coalisées le week-end dernier. Pourquoi et en vertu de quel mandat le président tchadien Idriss Déby se permet-il d’envoyer ses troupes intervenir sur le territoire centrafricain alors que Bozizé fait face à des contradictions centrafricano-centrafricaines dont il est lui-même à l’origine. Une intervention des troupes de Déby en Centrafrique est de nature à enflammer davantage la situation du pays transformé en véritable poudrière par Bozizé qui y a laissé s’épanouir de nombreuse rébellions et troupes étrangères.

Cette volonté hégémonique d’Idriss Déby de jouer au gendarme dans la sous-région et dans toute l’Afrique doit être fermement condamnée et stoppée. Bozizé est la cause du mal centrafricain. Seul son départ du pouvoir ramènera la paix dans ce pays. Que les troupes tchadiennes regagnent leur pays !      

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation