Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 01:22

 

 

 

marche-a-betail-PK-12.jpg

 

éleveurs foulani-30-oct-2011

 

Radio Ndéké Luka Lundi, 07 Novembre 2011 13:46

Les familles de Bangui sont loin de s’approvisionner en viande de bœuf en quantité suffisante. Bien que le kilogramme soit vendu entre 1.500 (environ 2,28 euros) à 2.000 francs CFA (environ 3,04 euros), il est difficile de trouver cet aliment très prisé. La cause de cette cherté voire pénurie découle du transfert il y a une semaine, du marché à bétail du PK 13 au village Bouboui (45 kilomètres nord de Bangui). Le constat est fait ce lundi par Radio Ndeke Luka.

Les commerçants parcourent plusieurs dizaines de kilomètres après le site de Bouboui à la recherche des bœufs.

Clémentine Séndéo, présidente des femmes bouchères du marché central, explique que « le prix du bœuf a considérablement augmenté ces derniers temps. Il passe de 400 à 600 000 francs CFA (environ 923 euros). Une situation qui les pousse à réduire la quantité de la viande vendue par kilogramme aux clients ».

Pourtant, le week-end dernier, les bouchers avaient pris la résolution d’offrir une quantité suffisante de la viande bovine aux banguissois. Ils ont aussi exigé des mesures de sécurité sur le nouveau site de Bouboui.

Il est à signaler que depuis son inauguration, le marché de Bouboui est toujours dépourvu d’un minimum de conditions de travail : Manque d’eau et abri. Au cours d’une visite éclair effectué il y a quelques jours, le président de la République François Bozizé avait promis la construction des forages et le détachement d’une unité de militaires pour sécuriser le nouveau site de Bouboui.

 

NDLR : A qui d’autre que le gouvernement de Bozizé et Touadéra doit-on imputer cette pénurie de viande qui découle naturellement des mesures et décisions prises sans la moindre concertation avec les professionnels de la filière, résultat de l’incompétence des ministres en charge de ce dossier.

Par ailleurs, d’inquiétantes informations font état de l’assassinat il y a quelques jours par la garde présidentielle dans les environs de Bossangoa, de plus d’une dizaine d’éleveurs mbororo venant du Tchad et convoyant vers Bangui environ un millier de bœufs, semant ainsi un vif émoi au sein de cette communauté.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie