Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 03:33

 

 

 

Bangui.jpg

Bangui

 

 

"La surdité noire"

 

 

                        1

Merci à vous pour cette

chronique

mon propos porte sur la

"surdité" de l’oreille fermée par

Les catachysmes et autres

esclavages sur son âme

 

                        2

En janvier 1966 lorsqu’un pre-

mier coup de force (de Bokassa)

que dit le journaliste Porsela

avant que cette force le chasse

de Bangui sur le coup ? " ils se

cognent le crâne des ânes

contre les rochers jusqu’à la

fin des temps " en 2013

ceux qui ont survécu aux 

esclavages aux travaux forcés ont

fréquenté la bête en eux en

tant que peuple.

 

                        3

En 1960 voici les cadeaux des

institutions copies conformes

qui bouchent encore la sur-

dité politique et intellectuelle,

dont une formation jusqu’

ici c’est ce pays d’Afrique

en panne comme l’autre.

 

                        4

Les conséquences de cette

oreille bouchée c’est la clas-

se des salauds des capita-

les qui mangent qui

prient qui copient le

dos de la cuiller.

 

                        5

Elle est bien bonne la "surdité"

confortable moule en

haut des murs : seulement

les coquilles vides de Liber-

té Égalité Fraternité. Ont

été arrachées des oreilles

sourdes.

 

                        6

En mai 1968, l’Union des Écri-

vains laisse la parole à ce

débutant africain. On confond

tout homme noir avec le

mépris le mendiant derrière

lui. Sans droit de parole.

Kundera était en lutte depuis

Paris contre le communisme

soi-disant en Tchecoslova-

quie.

 

                        7

Les salauds colonisés pren-

nent la parole avec les

moyens des dos de la

 

cuiller du Centrafrique

en panne !

Prendre la parole méprisante

même en mai 1968 en France? dans

les conditions de toutes les souffrances

connues par la Race Noire ?

Certains-colonisés du monde croient

se déboucher l’âme de leur

oreille en salauds compé-

titifs enrichissez-vous ! co-

pies conformes, égoïstes jardinez.

 

                   8

Le Droit de déboucher la

surdité, il appartient au

Droit d’Aînesse de la Ra-

ce Noire. Donc du Centrafri-

que, donc de l’Afrique

tout s’écroule sauf la Terre.

Ce n’est pas tant l’occupation 

que la production qui compte.

On débouche la surdité

alors on entend tous

ceux qui prennent la parole

les plantes, les gens, les eaux.

 

                   9

Les jardins du Centrafrique

de l’Afrique quels grands jardins

la Pensée Bantou brille

La Race Noire cultive ses

champs partout où le pas porte.

 

                   10

Ce n’est pas tant l’occupation

que la production qui compte.

 

                   11

Sagesse la plus ancienne

tu es là dans toutes sortes

de gens par les métémpsycoses

 on passe les uns par les autres

quelle richesse quelle force

sous les branches dans

l’air tous les assassinés

sont notre Grande Mémoire

elle porte nos armes dans

cette terre Centrafrique.

 

                   12

Du temps des Bédéya

du temps des Bangassou

les Rabah se tiennent

à l’écart de cette Terre Centrafrique

maintenant nous mangeons

dans le creux de la cueiller

venez donc piétiner cette Terre

par votre sang versé la

vérité doit percer notre surdité 

on passe les uns par les autres

cette terre Centrafrique Afrique

ne fabrique pas des salauds extravagants

qu’on accouche avec des

cailloux de surdité

Rabah tenez-vous à

l’écart des Reines cette Terre.

 

                   13

Maintenant par la Paix de

l’âme libérée de cette surdité

 

                   14

Centrafrique verdoyante Terre

partout Soleil passe

par les campagnes d’électricité

Centrafrique aux Centrafricains

tous les assassinés sont

noirs vivants autour

des mûres et les

tourterelles les eaux des champs.

Tous les uns par les autres

le Centrafrique se parle

clairons des Soleils

dans les creux des oreilles

sourdes du monde assassin

de la Race Noire.

 

 

                   BAMBOTÉ MAKOMBO

                   Le 2 mars 2013

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Livres - Médias