Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 00:33

 

 

enfant-sorcier-en-RCA.jpg

 

Source : Ouest France 19 juillet 2010

L'Unicef dénonce, dans un rapport, les violences et les maltraitances que subissent les enfants accusés de sorcellerie en Afrique de l'ouest et du centre.

Dakar. De notre correspondante

En Centrafrique, une petite fille prétendue sorcière a été mortellement brûlée. Dans ce même pays, des médecins traditionnels incisent, avec un couteau non-stérilisé, l'abdomen des enfants accusés de sorcellerie. Ils amputent un morceau d'intestin, symbole du mal qui les possède. Les enfants sont ainsi « nettoyés ».

À Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC), 20 000 enfants se retrouvent à la rue, abandonnés par leur famille après avoir été accusés de sorcellerie. Les « enfants-sorciers » sont de plus en plus nombreux, notamment au Bénin, Cameroun, Gabon, Nigéria, Libéria, Centrafrique et RDC.

Une fois incriminés, ils sont stigmatisés à vie. Une mise en cause qui touche surtout les orphelins, les handicapés physiques (ce qui inclut ceux qui ont les yeux rouges, ventre ballonné, grosse tête) ou mentaux. Et même les enfants têtus, agressifs, paresseux ou solitaires, selon le rapport de l'Unicef.

« Pasteurs-prophètes »

« Les pressions économiques, les conflits, la pauvreté, l'urbanisation, l'affaiblissement des communautés ou encore le sida sont autant de facteurs qui contribuent à cette augmentation récente, explique Joachim Theis, conseiller régional à l'Unicef pour la protection des enfants en Afrique de l'ouest et du centre. Un grand nombre d'accusations vient des familles elles-mêmes. On force les enfants à admettre qu'ils sont sorciers. Et pour cela on utilise la violence. »

Au Nigéria, l'ONG Stepping Stones aide à la réinsertion de ces enfants accusés de sorcellerie. Le centre accueille 200 jeunes. « Certains arrivent chez nous avec des maladies, des blessures, des problèmes psychologiques. Il y a beaucoup de cas de violences corporelles. Récemment, on a eu un enfant à qui on avait jeté de l'eau chaude au visage », rapporte Sam Itauma, de Stepping Stones.

Une chasse aux sorciers juteuse pour certains pasteurs, notamment des églises indépendantes, prophétiques et pentecôtistes, qui ont fait de l'exorcisation et de la délivrance un business. Les « pasteurs-prophètes » administrent alors des « traitements spirituels » de manière violente (isolation et privation de nourriture, notamment).

« Un pasteur m'a brûlé le corps avec des bougies. Dans une autre église on m'a versé dans les yeux de la sève tirée d'un arbre. Cela piquait très fort », témoigne une fillette, vivant à Kinshasa. En Angola, onze églises ont été fermées à cause d'abus de pasteurs.

Aurélie FONTAINE.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE