Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 00:59

 

 

 

RCA-situation-populations-deplaceesau-15-oct-2012.JPG

 

 

GENEVE, Mercredi 19 décembre 2012 | 20:12 (Xinhua) - La situation humanitaire en République centrafricaine s'est dégradée suite au contrôle de plusieurs villes du nord et du centre par des groupes armés, a annoncé mercredi le Comité international de la Croix rouge (CICR).

 

Alors que plusieurs villes du nord et du centre de la République centrafricaine sont tombées sous le contrôle de groupes armés, des milliers de personnes ont fui par crainte de nouveaux combats.

 

« La situation est très complexe compte tenu du nombre d'acteurs en présence et des mouvements de population que les combats ou la crainte de nouvelles violences ont engendrés », a expliqué Georgios Georgantas, chef de la délégation du CICR à Bangui.

 

« Nos équipes sont à pied d'oeuvre afin de venir en aide aux personnes touchées par les violences, notamment celles qui fuient leur foyer ou celles qui sont blessées lors des combats », a ajouté M. Georgantas.

 

A Ndélé, dans le nord du pays, l'une des premières villes attaquées il y a dix jours, le nombre de personnes ayant fui de chez elles pour chercher protection à la mission catholique ou dans une base militaire située à proximité de l'aéroport augmente chaque jour. D'autres préfèrent rester en dehors de la ville, dans des abris sommaires installés aux abords de leurs champs.

 

Mardi dernier, le CICR a acheminé 16 000 litres d'eau potable vers la mission catholique et la base militaire où les familles déplacées ont trouvé refuge », a indiqué Gabriel Mukalaï, chef de la sous-délégation de Ndélé.

 

 

NDLR : Conséquence de la situation actuelle d'insécurité en RCA, la coordination des agences du système des Nations Unies à Bangui aurait décidé d’instituer la phase 3 de l’échelle de sécurité qui exige que tous le personnel de ces agences qui travaillent dans l’arrière-pays regagne Bangui. C’est ainsi que selon nos informations, ceux de l’UNICEF de Bossangoa dans l’Ouham aurait quitté la ville pour regagner Bangui. Devraient suivre également ceux de Paoua dans l’Ouham-Pendé. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation