Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 00:09

 

 

Soudan.jpg

 

 

APA-Le Caire (Egypte) 06-12-2010 - Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Abul-Gheit, craint une sécession du Sud Soudan à l’issue du référendum du 9 janvier prochain, estimant que depuis la signature de l’Accord de paix global (CPA) en 2005 qui a mis fin à plusieurs décennies de guerre civile entre le nord et le sud, aucun effort sérieux n’a été fait par les deux parties pour rester ensemble.

Le Sud Soudan organise le 9 janvier 2011 un référendum d’autodétermination tandis que le même jour, la région d’Abyei, riche en pétrole va également voter pour choisir de rester avec la partie nord ou d’aller à l’autodétermination avec le sud.

L’Egypte a discuté avec toutes les deux parties, à savoir le gouvernement de Khartoum et le SPLM du Sud Soudan pour faire de l’union une option attractive mais tout indique que la séparation est imminente, a-t-il insisté.

A propos des relations entre l’Egypte et le Soudan au sujet des eaux du Nil en cas de séparation, Aboul Gheit a expliqué qu’il n’y aurait pas de problème avec le Soudan dans ce domaine, précisant qu’aucun des nouveaux Etats n’aurait à hériter des obligations de l’ex-Soudan.

Sur la base des accords coloniaux de 1929 et de 1959, l’Egypte possède 75% du total des eaux du Nil, soit près de 84 milliards de mètres cubes et le Soudan 11%. Les sept autres pays en amont se partagent les 14% restants.

Abul-Gheit a une fois de plus rejeté tout lien entre l’Egypte et des rebelles éthiopiens, ajoutant que Le Caire ne s’immisce pas et n’a aucune intention de s’immiscer dans les affaires internes de l’Ethiopie.

Il a expliqué que les investissements égyptiens en Ethiopie étaient de l’ordre de 1.4 milliards de dollars et que son pays envisageait d’investir davantage dans ce pays.

Le Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi avait récemment accuse L’Egypte de soutenir des groupes rebelles sur son territoire.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE