Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 02:59

 

 

 

 

Adolphe Pakoua

 

                                              Adolphe Pakoua

 

 

 

Préface du Professeur François ZONZAMBE

 

Spécialiste de littératures Française et Comparée à l'Université de BANGUI.

 

 

 

LA REPUBLIQUE SUPPLICIEE du Docteur Adolphe PAKOUA de Bilolo, est à la fois un roman et une véritable chronique du CENTRAFRIQUE que symbolise GBAZABANGUI, une « chaîne de montagnes pierreuses, verdoyantes et giboyeuses », qui surplombe et encaisse BANGUI, la capitale centrafricaine. Cette chronique de GBAZABANGUI se situe entre les années 1960 et 1996.

 

Le romanesque transpire dans la scène où JOUDA, fille de Tuby DANGAYE, est frappée de mutisme. Phénomène qui se produit dès l'arrestation de son père et qui, à partir de ce moment-là, la rend visionnaire auprès de sa mère qu'elle va diriger jusqu'à recouvrer la parole à la libération de son père.

 

Le romanesque transpire aussi dans la scène où, JOUDA, victime de mutisme, va converser avec sa mère MUNDY à travers des rêves où elle lui fera des révélations sur la vie de son père incarcéré dans la geôle de SARAGBA où un graffiti va apparaître à DANGAYE pour, à son tour, lui faire des révélations à propos de son séjour en prison et de son avenir.

 

Le romanesque culmine enfin dans la scène où le visage d'une fée ou d'une nymphe apparaît à son tour dans le graffiti pour hanter plus tard MUNDY et devenir son double en vue de l'aider à venger son mari Tuby DANGAYE, injustement incarcéré.

 

Ainsi, après avoir aidé l'homo duplex MUNDY, alias OREADE, à régler leurs comptes aux multiples tortionnaires et ennemis de son mari Tuby DANGAYE, la nymphe déclarera : « Mission terminée ».

 

Romancier, le Docteur Adolphe PAKOUA de Bilolo, n'en demeure pas moins un chroniqueur qu'un caméraman. Son œuvre demeure tout objective à l'instar de René MARAN dans « BATOUALA », véritable chronique de la GBAMBA, petit affluent de l'OUBANGUI, qui traverse la ville de GRIMARI, ancien district de KREBEDGE, qu'il symbolise en OUBANGUI-CHARI.

 

Chroniqueur à l'instar de FROISSART et de JOINVILLE, le Docteur Adolphe PAKOUA de Bilolo restitue fidèlement tous les événements vécus en CENTRAFRIQUE entre les années 1960 et 1996. Ainsi, sa plume se métamorphose en pinceau pour peindre les différents paysages centrafricains qu'il traverse, et ses yeux, comme l'œil d'une caméra, filme tout sur son passage, dans les sentiers de la forêt équatoriale, des savanes, des villages, dans les rues et boulevards de la capitale BANGUI.

 

La photo du bac traversant, en quatrième de couverture du roman, la rivière KADEI à NOLA, symbolise la virginité de cette forêt riche en faune et havre de paix.

 

A travers un style narratoire et pittoresque, le Docteur Adolphe PAKOUA de Bilolo, nous a parlé le SANGHO, le BANDA, le SARA, le MBOUM, le FOULBE et le PYGMEE, toutes langues centrafricaines, en FRANCAIS de MOLIERE, de LA FONTAINE et de Victor HUGO, pour exprimer les joies et les tristesses du peuple centrafricain  après l'indépendance.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Livres - Médias
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog