Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 01:37

 

 

 

 

carte_centrafrique_432.gif

 

 

Tribune libre de Roger  ANDJALANDJI

 



A propos de la question « La République Centrafricaine est-elle une démocratie ou cette démocratie reste telle à conquérir, comment envisager cette conquête… » Posée  par Marcello IMAYAKA-MOHELLET.

 

Dans sa tribune : La République Centrafricaine est-elle une démocratie ?  Publiée dans Centrafrique-Presse du jeudi 08 Novembre 2012, Marcello IMAYAKA-MOHELLET a retenu cinq grands critères « étroitement associés » pour définir la démocratie :

 

-          La souveraineté du peuple

-          La séparation des pouvoirs

-          L’égalité devant la loi ou le règne de la loi

-          La garantie des libertés fondamentales

-          L’alternance du pouvoir

 

S’il est évident que les cinq critères retenus par Marcello qualifient formellement un régime politique de régime démocratique, encore faut-il que cette démocratie porte les vertus des  cinq critères et que tous les  acteurs du jeu politique, aux premières loges desquelles se situe le corps des électeurs, les partis politiques de l’opposition, les partis politiques proches du pouvoir, les organisations de la société civile participent de manière efficiente à l’animation du jeu démocratique.

 

En République Centrafricaine, nous ne sommes pas dans  ce cas de figure. En dehors des artifices de la démocratie formelle, la construction démocratique se heurte à deux difficultés :

 

-          D’une part, la persistance des atavismes de l’idéologie de la « construction nationale » dans lequel s’inscrit volontairement le pouvoir politique afin de réduire toute opposition politique à un simple faire-valoir démocratique.

-          D’autre part, la lente mutation de l’opposition qui a visiblement du mal à inverser le rapport de force

 

Il y’a à l’évidence des questions de structure structurante dont la classe politique Centrafricaine au pouvoir n’a pas su prendre la mesure. Elle utilise les artifices de la démocratie tout en refusant de laisser se diffuser dans le pays les principes et les valeurs de la démocratie.

 

Dès lors, on peut penser que le jeu démocratique Centrafricain est  indissolublement  un « espace aménagé » par le pouvoir afin que celui-ci tire profit vis-à-vis de la communauté internationale.

 

Par ailleurs, de nombreux observateurs refusent désormais d’infliger au seul pouvoir la lente mutation du jeu démocratique, l’opposition et les autres acteurs du jeu politique (syndicats, organisations de la société civile) ont visiblement un déficit d’organisation, de vision et de cohérence et n’inventent pas assez des motifs politiques pour décanter le paysage politique Centrafricain depuis 2003.

En guise de conclusion, on peut dire de toute évidence que : les valeurs et principes de la démocratie ne se sont pas encore enracinés comme culture citoyenne au de la classe politique Centrafricaine.

 

Roger ANDJALANDJI , Paris

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion