Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 01:04

 

 

 

Binguimale2_0.jpg

 

panneau-pub-Binguimale.JPG

 

 

panneau CEI gros plan

 

 

 

La commission électorale est une véritable aubaine pour l’enrichissement personnel sans cause du vrai faux pasteur Binguimalé. Il le doit évidemment à Bozizé qui, pour les besoins de réalisation de son hold-up électoral, avait besoin d’un individu sans foi ni loi comme lui. Binguimalé lui, était en mal d’argent, d’honneur et en quête de renommée. Ce sont tous ces vices qui ont réuni les deux individus et permis leur pacte secret de complicité et d’alliance.

C’est tout cela qui permet de comprendre l’obstination du premier à compter sur le second en dépit de la dénonciation et récusation dont celui-ci a fait l’objet de la part de l’opposition. Jamais président d’une commission électorale n’a fait montre d’aussi peu d’indépendance pour ne pas dire de soumission à un seul camp, celui du président sortant. Sa gestion de la CEI est totalement solitaire, secrète et opaque.

Cette opacité se retrouve même dans la manière dont il a attribué plusieurs marchés uniquement de gré à gré se chiffrant pourtant à des montants de plusieurs dizaines voire centaines de millions à des tiers qui, moyennant naturellement de juteuses rétro-commissions pour lui, s’en donnent à cœur joie. C’est ainsi qu’à Serge Singha, directeur d’un établissement privé Newtech Institute et pourtant candidat KNK par hasard dans une circonscription de la capitale aux législatives, on parle d’attribution d’un marché de plus de cinq cents millions de F CFA pour la révision informatique des fameuses listes électorales qui avaient servi aux élections de 2005 et miraculeusement retrouvées par Binguimalé.

Plusieurs dizaines d’ordinateurs de bureau lui ont également été fournis à l’occasion pour les besoins de la cause. Bruno Vickos, DG de l’Office National d’Informatique a dû également profité de quelques largesses du président de la CEI. Certains publicistes de la place comme Maxime Kazagui ont également bénéficié de marchés de communication de la CEI. C’est ce qui a donné lieu depuis ces quelques jours à d’immenses, inutiles et coûteux panneaux publicitaires qui fleurissent dans les grands carrefours de la ville de Bangui pour l’odieuse campagne de manipulation des esprits et des consciences de Bozizé et Binguimalé pour leur hold-up en préparation.

De même, à Socrate Bozizé un des fils du président Bozizé, lui aussi pourtant candidat aux législatives à Gambo dans la préfecture du Mbomou, Binguimalé a octroyé le marché de fourniture d’urnes électorales. C’est à Douala au Cameroun que Socrate s’est tourné pour s’approvisionner mais on apprend d’une source bien informée qu’un commerçant camerounais serait actuellement à sa recherche et aurait menacé de saisir le parquet à son sujet pour abus de confiance. L’intéressé se serait déjà adressé à plusieurs reprises au consulat de Centrafrique à Douala à propos du fils du président Bozizé.

Bénéficiant de la totale confiance de Bozizé qui compte sur le sale boulot qu’il effectue à la tête de la CEI pour la concrétisation de sa réélection, Binguimalé est parfaitement serein et continue à brasser du vent dans une grande indifférence. Il continue de signer des communiqués de presse et de lancer des appels à la radio comme si de rien n’était. Plus personne ne reparle plus de l’audit que Bozizé lui-même avait ordonné sur sa gestion administrative et financière. A-t-il été réalisé ou non ? Quel en est le rapport ? Quelles en sont les conclusions ? En principe, dans l’attente des conclusions de cet audit, il n’aurait pas dû continuer à exercer ses fonctions ni rouler les mécaniques. Malgré de son incompétence criarde, de sa grande médiocrité et de ses limites objectives, le voilà bien agrippé aux fonctions qu’il n’entend pour rien au monde, lâcher, tellement c’est juteux…

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique