Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 21:58

 

 

URNE EN BOIS

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 04 Août 2010 12:31

 

L’Union des Journalistes de Centrafrique (UJCA) s’aligne derrière la société civile pour les élections fixées au 23 Janvier 2011.

Cette réaction ce mercredi 4 août 2010, sur Radio Ndeke Luka, émane de Maka Gbossokoto, président de l’UJCA, suite au dernier décret présidentiel qui indique la nouvelle date des élections en Centrafrique.

Selon Maka Gbossokoto, les hommes politiques devraient arrêter leurs ronrons et aller aux urnes pour permettre aux centrafricains de souffler.

Pour la majorité présidentielle, par la voix de l’ancien ministre d’Etat et président du Parti National pour un Centrafrique Nouveau  Cyriaque Gonda, cette date permettrait au gouvernement de réunir toutes les conditions pour ces consultations populaires.

C’est pour la 3ème fois que la date des élections présidentielles et législatives est fixée en Centrafrique. Ce scrutin a été initialement convoqué pour les 25 avril et 16 mai 2010.

 

NDLR : La perspective de cinq mois qui nous séparent de la nouvelle date du 23 janvier 2011 fixée unilatéralement par Bozizé semble a priori assez lointaine mais en même temps pas assez longue pour laisser du temps aux préparatifs d’élections crédibles. Rien n’indique cependant que la CEI pourrait réaliser en cinq mois ce que les gouvernements successifs  de Bozizé dont l’incompétence est la principale caractéristique, n’ont pas été capables de faire en cinq ans. La date des élections concerne d’abord a priori les partis politiques. En RCA, on affectionne tellement les mélanges de genre que tout le monde veut hélas faire de l’organisation des élections, son affaire propre. Il faut voir dans cette manifestation d’enthousiasme, la seule motivation d’en découdre avec le hors la loi et dépeceur Bozizé dont presque tous les Centrafricains ne veulent plus à la tête de leur pays, sa présence étant synonyme de pauvreté, de misère sans nom, de famine, de désolation et de régression nationale.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique