Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 22:56

 

manif-CFC-France-9.JPG

 

 

manif-CFC-France-2.JPG

 

 

 manif-CFC-France-4.JPG

 

manif-CFC-France--6.JPG

 

 

manif-CFC-France-8.JPG

 

 

Paris 10 juillet 2010 (C.A.P) – La manifestation organisée sous forme de sit-in à l’appel de la section France du Collectif des Forces du Changement contre la dictature sanguinaire de François Bozizé a eu lieu ce samedi 10 juillet en plein cœur de Paris de 14 h à 18 h et a été un franc succès quelques jours avant l’arrivée du dictateur sanguinaire de Bangui pour prendre part aux festivités du 14 juillet.

Dès 14 h heure de Paris, les responsables du CFC et les manifestants qui s’étaient donné rendez-vous place du Palais Bourbon devant l’Assemblée nationale française se sont retrouvés et ont déployé tout autour de la place plusieurs banderoles (voir photos) avec des slogans clairement hostiles au hors la loi de Bangui dénonçant pêle-mêle les assassinats et disparitions des hommes politiques et le coup d’Etat constitutionnel de Bozizé.

Le dispositif policier chargé de l’encadrement de cette manifestation était suffisamment imposant et a ainsi permis aux forces de l’ordre de faire détaler la bande de provocateurs du KNK conduite par un ministre de la République centrafricaine, en l’occurrence le zélé et farfelu ministre des Télécommunications, Thierry Maléyombo.

Il faut dire que la veille déjà, le KNK a tenté vainement de faire interdire cette manifestation par la préfecture de police de Paris auprès de qui les organisateurs avaient dûment sollicité et obtenu l’autorisation. Toute la différence entre une république bananière à la Bozizé et KNK et un pays de droit comme la France se situe précisément à ce niveau.

En Centrafrique, seuls Bozizé et son KNK peuvent faire des marches et des manifestations. Ils croient qu’ils pourraient aisément obtenir des autorités françaises qu’elles puissent empêcher la tenue de la manifestation du Collectif des Forces du Changement (CFC) contre leur vedette Bozizé. Cela a été peine perdue.

A 18 h comme prévu, les manifestants ont tranquillement replié les banderoles, chanté la Renaissance, l’hymne de la RCA et quitté la place du Palais Bourbon. Certains fonctionnaires de police présents sur les lieux n’ont pas hésité à faire part aux manifestants de leur satisfaction que cette manifestation se soit bien déroulée. Bozizé doit comprendre qu’il ne pourra plus jamais venir en France sans que cela ne suscite des réactions d’hostilité de ses compatriotes et des militants des partis de l’opposition qui soient à la hauteur de la dictature sanguinaire qu’il abat sur le peuple centrafricain et du fait de son illégitimité.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique