Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 18:55

 

 

 

meeting troublé du 27 août 2011

 

 

,

La République Centrafricaine étant  membre des Nations Unies est  signataire de  la Déclaration universelle de droits de l'homme de 1948 qui prévoit dans son  article 10  le principe de la liberté d'expression  reconnue aux groupes de  pressions tolérées, les partis politiques, les associations, les  mouvements syndicaux et toutes autres entités qui  bénéficient  de la protection juridique.

De façon générale l'organisation d'une manifestation sans autorisation des  autorités compétentes est sans doute contraire à l'esprit de la législation en  vigueur et peuvent faire l'objet  des  poursuites à l'encontre des initiateurs.

Tandis que l'organisation  d'une  manifestation  avec autorisation  préalable  des autorités compétentes est légale tel est justement le cas du meeting  organisé par  la force d'opposition en date du 27.08. 2011 ou une autorisation  officielle a donnée  pour la tenue du dit meeting.
Dommage ! La tenue de ce meeting a  été sanctionné par des actes de violences  aggravées et également des actes de barbarie dont les présumés coupables sont mêmes identifiés. Attendons dans cette affaire que cette fois ci, la  machine judiciaire puisse être au service des demandeurs en action.

Par contre, l'on peut se permettre de se poser la question de savoir pour quelles raisons les forces de l'ordre qui sont présentes sur les lieux n'ont pas mis en évidence le maintien de l'ordre public afin de permettre à l'opposition de tenir son meeting? Et pourtant  lors de la manifestation des Ex- militaires retraités le maintien de l'ordre  public  a été utilisé comme
arme efficace dès les premières heures par le pouvoir régalien  afin de rétablir  la tranquillité publique bouleversée.

L'on peut aussi se demander  pour quelles raisons  la démocratie, et la liberté d'expression, en République Centrafricaine sont  telles  victimes d'hypocrisie de la part du pouvoir régalien? Sans doute une telle interrogation trouve son fondement dans  les comportements politiques  irresponsables des autorités actuelles qui semblent  mettre plus d'accent sur les méthodes machiavéliques et anti démocratiques, cherchant  par tous les moyens à affaiblir davantage la jeune démocratie centrafricaine.

Alors au regard de ce qui se passe actuellement dans notre pays, chaque Centrafricain et Centrafricaine peut se permettre de  se poser la question : pour quelles raisons je ne suis pas libre de mes opinions sur et dans  mon pays ?

 Godfroy Luther  GONDJE- DJANAYANG

Expert analyste  en Gestion des crises politico- militaires

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion