Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 11:26

 

 

 

elisabeth-olofio

 

 

Voici un témoignage que nous avons reçu de Bambari d'un compatriote dont nous taisons l'identité pour d'évidentes raisons de sécurité. On y apprend que contrairement a ce qui avait été annoncé, la journaliste de radio Bé Oko, Blanche Elisabeth Olofio dont la photo se trouve encore dans la rubrique Nécrologie de CPI, est bien vivante, ce qui est une excellente nouvelle dont on ne peut que se réjouir. On apprend en revanche que Mgr Edouard Mathos a été frappé et même blessé, ce qui est plutôt une mauvaise nouvelle. Les responsables de Séléka doivent mettre sérieusement de l'ordre au sein de leurs éléments qui sont à Bambari car visiblement beaucoup d'éléments dits "incontrôlés" font ce qu'ils veulent dans cette ville.

 

La Rédaction

 

 

 

Bonjour tout le monde,


Je reviens pour vous donner quelques nouvelles de Bambari. Il est de plus en plus sûr que Blanche Elisabeth Olofio n'a pas été tuée mais a passé quand même un mauvais moment. Les rebelles sont allés piller sa maison et elle s'en est plainte au Colonel commandant le site de Bambari. Celui-ci a donné les instructions pour que ses affaires lui soient rendues. Ce qui a été fait. Non contents de cette réclamation, des éléments sont revenus la tabasser à coups de crosse. Ayant perdu connaissance, ceux-ci ont cru qu'elle était morte et l'ont laissée. Elle a été amenée dans un campement agricole à quelques kilomètres de Bambari.

Après la publication du communiqué annonçant sa mort (et tout le tapage médiatique fait autour), les rebelles sont allés la rechercher et l'ont amenée à l'Hôpital où elle a été soignée (à leurs frais). Ils lui ont donné un Thuraya pour qu'elle dise à ses parents qu'elle est encore vivante. Je me propose de publier un autre communiqué rectifiant le premier mais je voudrais la voir avant. Mgr Mathos aussi a eu des coups et a même été blessé. Les autres journalistes se portent bien. L'un d'eux a perdu sa moto (restée à l'évêché) qui a été emportée par les rebelles.

Les deux radios ont été entièrement saccagées comme vous verrez sur les photos que je vous mets en pièces jointes. Je les ai eues (ainsi que les infos) grâce à des ONG qui sont allées dans la zone. Tout ce qui reste de Radio Be Oko est le pylône ainsi que le container vide. Les équipements des deux radios ont été entièrement emportés. Nous cherchons toujours à avoir un laisser passer pour aller faire l'état des lieux.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers