Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 01:23


yellowcake1.jpg

poudre d'uranium appelée encore "yellow cake"

Source : The Sunday Times January 31, 2010


Tout le monde veut s’approvisionner si bien que l'énergie nucléaire fait un grand retour

C'est un lieu étrange pour un groupe de Français de planter une ville de tentes. Bakouma est l'une des plus profondes, les plus sombres recoins de la jungle africaine. De Bangui, la capitale du pays sans littoral qu’est la République centrafricaine, il faut plusieurs jours pour parcourir les 800 km du chemin de terre à cette parcelle de forêt vierge en plein milieu du continent. Généralement, ils s’y rendent avec des avions légers pour atterrir sur une piste d'atterrissage à proximité.

La plupart des quelque 160 habitants de la jungle sont des scientifiques, mais ils ne sont pas là pour compter les papillons. Ils élaborent des plans pour une mine d'uranium. Areva, le géant du nucléaire de l'état français est derrière le projet. Elle espère commencer le défrichement des forêts l'année prochaine après que le gouvernement aura approuvé son plan.

 Bakouma n'est pas un cas isolé. C'est juste un exemple de lutte silencieuse pour la terre qui se déroule autour du globe. Après des décennies comme marchandise oubliée, l'uranium, élément radioactif utilisé comme principal combustible pour centrales nucléaires, est à nouveau un bien précieux. Représentants d’entreprises, beaucoup de gouvernements eux-contrôlées, en provenance du monde pour accéder à la poudre de minerais radioactifs.

 La ruée a été déclenchée par le retour en force de l'énergie nucléaire. Au cours des deux dernières années, les pays qui depuis des décennies, la fuyait comme paria d’une technologie coûteuse, l’ont embrassée à nouveau. La Grande-Bretagne mène la charge. Le gouvernement envisage une nouvelle génération de réacteurs pour remplacer les anciennes stations rachitiques qui seront mises à la retraite dans les années à venir. La renaissance a réussi à s'implanter ailleurs, de l'Amérique au Moyen-Orient et en Chine.

Pour certains, la ruée vers l'uranium qui en résulte est préoccupante. Rianne Teule, militant anti-nucléaire chez Greenpeace, a déclaré: «Un grand nombre de nouveaux pays en Afrique s’ouvrent à l'extraction d'uranium, mais ce sont des sociétés non africaines qui exploitent les ressources - les Chinois, les entreprises canadiennes et françaises. C'est une phase entièrement nouvelle de colonialisme ».

C'est aussi une affaire sérieuse. Comme pour le pétrole, les entreprises et les gouvernements cherchent à assurer l'approvisionnement d'un combustible qui va jouer un rôle croissant dans les économies qui veulent s'éloigner des sources d’énergie fossiles classiques et thermiques.

L'an dernier, le Kazakhstan a dépassé l’Australie et le Canada pour de devenir le plus grand fournisseur d'uranium, produisant environ 14.000 tonnes, soit un cinquième de la consommation mondiale.

Le Niger a également commencé à attirer l'attention et l'argent des grandes multinationales. Areva investit plus de 1 milliard € (£ 870m) dans une nouvelle mine de géant dans le désert de ce pays pauvre. CNNC, appartenant à l'entreprise nucléaire du gouvernement chinois, a acheté une participation dans un projet la semaine dernière. Et le groupe Ressources Obtala, une entreprise cotée à Londres, dirigée par Frank Scolaro, ancien président de Regal Petroleum, est en phase finale de négociation d'une licence de deux nouvelles prospections.

"Ce sont les types de projets que nous aimons", a déclaré Scolaro. "Le monde va nucléaires et qu'ils auront besoin du carburant."

Aujourd'hui, il compte 439 réacteurs en exploitation dans le monde. Selon Steve Kidd à l'Association nucléaire mondiale, 142 autres sont dans le pipeline, et 53 d'entre elles sont déjà en construction. Parmi ces derniers, 20 sont en Chine. «On oublie qu’en France dans les années 1970, on construisait cinq nouveaux réacteurs par an", dit-il. "Les Chinois font exactement ce qu’on fait les Français, mais à une échelle chinoise."

 Le boom minier a été renforcé par une forte augmentation du prix de l'uranium. "Pendant  trois décennies, l'uranium a coûté 10 $ la livre car l'énergie nucléaire n'a pas été considérée comme très souhaitable. Maintenant que nous avons toutes ces préoccupations concernant l'environnement et de produire de faible émission de carbone, c'est différent. Il a atteint 137 dollars [la livre] il y a deux ans ", a déclaré Joe Kelly, responsable des marchés de combustible nucléaire à l'ICAP de l'énergie. Aujourd'hui, le prix spot de l'uranium non enrichi est de 42 $ la livre, c'est suffisant pour la plupart des projets visant à aller de l'avant.

La mine de Cigar Lake en Saskatchewan au Canada, la plus grande mine de haut grade sous-développé du monde, détenue conjointement par Areva et Cameco Corporation du Canada, ouvrira l'année prochaine. C'est l'un des huit qui commencera à produire au cours des 12 prochains mois.

 Un couple des plus grandes sources quant à lui, pourrait bientôt être épuisé. L’Amérique et la Russie vont fournir jusqu'à un cinquième des besoins du monde des bombes désaffectées ou les stocks constitués au cours de leur course aux armements nucléaires. Ils vont les libérer progressivement sur le marché. «Il y a à craindre que si les stocks de la guerre froide s'épuisent nous ne soyons pas en mesure de répondre à la demande", a déclaré Kelly.

 Le département américain de l'Énergie s'est engagé à ne pas inonder le marché. S'il le fait, le prix serait par accident et cela apporterait de nombreux nouveaux projets à un arrêt brutal.

 Ce ne serait pas une mauvaise chose, a déclaré Teule de Greenpeace, qui a fait valoir que nombre des nouvelles zones d'exploitation minière ne sont pratiquement pas réglementée. Une enquête récente au Niger a permis de découvrir de pelles radioactives en vente sur le marché local à Arlit, une ville de compagnie voisine de la mienne où se trouve Areva. Le pays est le sixième plus grand producteur et a des ambitions pour remonter au classement. Elle n'emploie que trois inspecteurs nucléaires pour surveiller l'industrie.

Areva a reconnu le problème mais dit que la compagnie a mis en place un plan pour contrer "déchet radioactif" et de métal de trouver sa place dans la communauté locale.

 Teule, a déclaré: "Nous nous servons de cela comme un exemple spécifique pour d'autres pays sur les problèmes qu'ils peuvent eux-mêmes avoir et pour s'assurer qu'il existe une réglementation adaptée et des rapports de l'impact sur l'environnement."

En effet, alors même que les investisseurs contre les inondations au Niger, les entreprises commencent de nouveaux projets dans d'autres pays pauvres comme la Namibie et le Malawi.
«Obtenir une mine  au Texas prend deux étagères complètes d’autorisations», a déclaré un commentateur. "Au Niger, vous donnez une pelle à un gars et 2 dollars par jour et vous êtes dans la mine d'uranium."

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie