Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 21:26

 

 

liasses de CFA

 

 

Bangui, 27 mai (ACAP)- L’Ambassadeur de France à Bangui, Jean-Pierre Vidon et le ministre des Finances et du Budget, Albert Besse, ont signé trois accords relatifs à l’annulation des dettes bilatérales à hauteur de 5.140.000 millions euros soit environ 3.400.000 F Cfa, mercredi 26 mai 2010, à Bangui.

Selon le diplomate français, Jean Pierre Vidon, les 3,54 millions d’euros correspondent à la mise en œuvre effective par la France de son engagement dans le cadre de l’accord passé au sein du club de Paris le 15 septembre 2009.

 « La différence entre le montant global et celui-là qui correspond à 1.600.000 euro représente une annulation de dette bilatérale additionnelle que la République Française à décider d’accorder à titre exceptionnelle à la République Centrafricaine », a ajouté Jean Pierre Vidon, le diplomate.

Le ministre centrafricain, Albert Besse a signifié que cette signature marque l’engagement de la France dans sa contribution exemplaire suite à l’objectif d’atteindre le point d’achèvement de l’initiative PPTE dans la perspective de la lutte contre la pauvreté et de l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement.

 « Ce geste si encourageant nous rappelle notre devoir de renforcer le département des Finances du Budget à mettre en place une stratégie à court, moyen et long terme de restructuration de nos dettes », a déclaré le ministre Albert Besse.

Il convient de rappeler qu’en mars 2007, la République Centrafricaine a été déclaré éligible à l’initiative pour les pays Pauvres très Endettés (PPTE). Initiative conçue pour apporter une assistance exceptionnelle au pays afin de l’aider à réduire le poids de la dette extérieure.

 

 

 

NDLR : C'est malheureusement un mauvais signal donné à Bozizé qui prendra cela pour une prime à sa prédation. Il faut que la France lui formule certaines exigences notamment qu'il arrête de piller le trésor en soutirant comme il le fait, des milliards de F CFA des caisses pour sa propagande politique et son KNK et qu'il cesse aussi  d'être ordonnateur et comptable des fonds publics et de présider le comité de trésorerie. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE