Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 02:32

 

 

 

 

carte Afrique

 

 


(Le JSL.com 19/10/2012)


 Philippe Baumel a accompagné François Hollande lors de ses déplacements à Dakar et Kinshasa où ont été posées les bases de relations nouvelles.

 

Vous êtes président du groupe d’amitié France/RDC à l’assemblée et à ce titre vous avez accompagné François Hollande, il y a quelques jours, en Afrique, que retenez-vous de ce déplacement ?


Il y a eu deux temps dans ce voyage. Au Sénégal, le président a donné le ton des nouvelles relations entre la France et l’Afrique. Il a marqué un véritable changement d’époque. C’est la fin d’une politique d’abord guidée par les affaires et l’argent, la fin de la Françafrique. Après la théorie nous sommes directement passés à la pratique au Congo.


La visite à Kinshasa a été tendue ?


L’accueil était glacial. Sur place, le pouvoir ne respecte ni la démocratie ni les droits de l’opposition. Pendant que François Hollande s’entretenait avec le président Kabila, j’ai mené une délégation auprès du président de l’Assemblée nationale congolaise. Nous avons tenu le même discours que le président en exigeant notamment la libération rapide de 2 députés emprisonnés pour des raisons injustifiables. Nous avons rappelé que celait pouvait conditionner nos collaborations futures. Nos interlocuteurs nous ont donné le sentiment d’avoir été habitués à un discours bien différent. Auparavant, on leur parlait d’avantages de contrats à conclure que de démocratie. Nous explorons des terres nouvelles dans nos relations.

L’économie Française en Afrique n’est donc plus la priorité ?


La France a un rang à tenir sur la scène mondiale et elle ne peut pas se contenter seulement de représenter ses entreprises. La France doit porter à l’étranger le message de la révolution française. Nous devons affirmer que rien n’est possible sans démocratie et nous devons être fermes avec ces pouvoirs qui s’enrichissent au détriment de leurs populations.


le 19/10/2012 à 05:00


© Copyright Le JSL.com

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE