Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 02:48




 

Source: United Nations Children's Fund (UNICEF)


Par Brigitte Stark-Merklein

BANGUI, République centrafricaine, 20 Octobre 2009 - Directrice exécutive adjointe de l'UNICEF Hilde Johnson a appelé la communauté internationale à soutenir les enfants en République centrafricaine (RCA) qui supportent le poids de la richesse en déclin du pays.

«Les enfants en République centrafricaine sont dans l'œil du cyclone", a déclaré Mme Johnson quand elle a visité le pays la semaine dernière. «Les problèmes auxquels ils font face aujourd'hui ne pourront être qu’exacerbés par la triple menace de l'instabilité, la diminution du budget de l'Etat et la baisse des subventions des donateurs».

Des années de conflit ont eu un lourd impact. Les indicateurs de bien-être des enfants sont parmi les pires au monde. Environ un enfant sur six meurt avant l'âge de cinq ans. Le système de soins de santé est l'un des plus faibles dans le monde entier et des services de base sont presque inexistants. Seuls 38 pour cent des filles et 53 pour cent des garçons en âge officiel d'école primaire sont scolarisés, et beaucoup abandonnent avant de terminer la dernière année du primaire.

La crise économique cause du tort aux enfants

La crise économique mondiale a un impact sérieux sur la République centrafricaine. Selon des sources gouvernementales, le budget public du pays a diminué de 40 pour cent cette année. La crise se fait sentir plus sévèrement dans la partie sud-ouest du pays, où la perte de revenu à partir du bois s'est effondrée et les industries d'exportation de diamants ont augmenté la pauvreté. La malnutrition a dépassé les seuils des taux d'urgence à telle enseigne que les parents ne sont plus capables de subvenir à leurs petits.

Pour ajouter à ce sombre tableau le financement de l'aide humanitaire a connu un déficit de 39 pour cent.

" La République centrafricaine a été un moment donateur d’orphelin ", a déclaré Mme Johnson, "mais à ce stade, le risque d’une nouvelle crise est trop important pour être ignoré. Les ressources disponibles dans ce pays sont limitées et ne sont nullement en rapport avec les énormes besoins et les indicateurs lugubres. L'engagement politique, financier et diplomatique de la communauté internationale sont nécessaires pour garantir les droits des enfants centrafricains et de renforcer leur protection. "

Libérer les enfants

Un espoir pour la paix et la stabilité réside dans le désarmement, la démobilisation et la réinsertion des combattants, y compris les enfants associés aux groupes armés. Mme Johnson a discuté de la libération de ces enfants avec les autorités locales et les représentants du groupe rebelle Armée Populaire pour la Restauration de la République et la démocratie (APRD), qui ont confirmé leur engagement en faveur du désarmement, de démobilisation et de réintégration (DDR) - lequel est également une condition préalable pour que les élections prévues pour le début de 2010.

Mme Johnson a rencontré environ 40 garçons remis par l'APRD il y a trois semaines à  Paoua, qui sont en cours de préparation à la réinsertion dans leurs communautés dans un centre de transition dirigé par le Conseil danois pour les réfugiés avec l'appui de l'UNICEF.

Mme Johnson a vu l'impact de la violence quand elle a visité deux villages dans la Nana-Grébizi qui ont été attaqués plus tôt cette année par des cavaliers armés. Les villageois lui ont raconté comment ils avaient fui dans la brousse où les attaquants ont brûlé leurs maisons et volé leur bétail. Beaucoup ont peur de revenir et se cachent encore, mais ceux qui sont revenus sont en train de s'organiser pour nettoyer l’école refaite avec l'appui de l'UNICEF pour que leurs enfants puissent commencer l'année scolaire.

Surmonter les traumatismes

Mme Johnson a également rencontré une équipe de l'International Rescue Committee qui repère et aide les victimes de violence sexuelle et sexiste à Kaga Bandoro. Elle a parlé à un groupe de femmes de la minorité Peulh à Paoua qui profitent d'un programme de Conseil danois pour les réfugiés qui les aide à surmonter le traumatisme de la violence ethnique ciblée contre leurs familles et enseigné les activités génératrices de revenus. La stigmatisation et l'exploitation des personnes Peulh dans le nord et Aka, ou «peuples pygmées dans le sud Ouest est systématique et fait que ces femmes sont particulièrement vulnérables.

La visite de Mme Johnson en RCA a été la première escale d’une mission dans deux pays, la RCA et le Tchad.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire