Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 01:13

 

 

 

Bozize-KNK.jpg

 

   

Mon président, ton génie est salutaire pour notre cher et beau pays. Dieu merci, depuis l’indépendance, soit plus de 50 ans, c’est maintenant que la Centrafrique a la chance d’avoir un dirigeant éclairé comme toi. C’est vrai mon Président, la RCA se porte  mieux depuis que tu es responsable du sort des 4 000 000 d’êtres humains de la sixième puissance économique de la CEMAC.

Mon président, le pays est de plus en plus jeune car l’espérance de vie est de 42 ans. Ton peuple euphorique ne prend qu’un repas par jour. Il se contente d’un plat sans viande avec son salaire pour lequel tu veilles personnellement au paiement régulier sans rapport avec la hausse des prix des denrées. Il est dégoûté de la viande de boeuf, son plat de prédilection alors que ton fils Francis, ministre délégué à la défense, berger et commerçant de bétail sur pied, approvisionne suffisamment les abattoirs grâce aux 5 bétaillères acquis pour 600 millions de F CFA qui t’appartiennent. Te souviens-tu, mon Président, c’est sur tes instructions que le marché à bétail a été transféré au PK 45. Les Centrafricains te foutent la paix. Ils sont allergiques à la politique et ne se plaignent même pas du manque d’eau courante ou d’électricité. L’état défectueux des routes  et les ponts qui s’écroulent n’émeuvent personne. Le bond en avant est quotidien.  

Mon président, tu es naturel et sincère mais les mauvaises langues disent que tu es vulgaire et tu te moques des bonnes manières qu’impose la fonction présidentielle. Dans ta simplicité, tu t’affranchis du protocole et de toutes politesses pour être terre à terre avec tes interlocuteurs ou tes adversaires politiques.

Mon président tu n’as pas tourné autour du pot pour mettre en  garde les « fauteurs de trouble » de les « dépecer ». Mon président, j’ai apprécié le terme « dernaillo » que tu as employé pour rappeler notre classement de 186ème sur 187 de Doing Business de la Banque Mondiale.

Mon président, tu as un goût vestimentaire raffiné. En visite officielle, tu ne portes jamais des costumes de couleur sombre (noire ou bleue nuit) mais de couleur vive (gris clair, crème ou beige). Même tes chemises ou chaussettes sont de couleurs chatoyantes.

Mon Président, tu restes le même homme en public et en privé. Mais les adversaires politiques sur internet crient que le prestige et l’autorité  du pouvoir sont en jeu.  Mon  Président, tu aimes ce que tu fais c’est pourquoi lors de ton audience avec l’émir du Qatar, tu tenais en main un dossier comme un vulgaire planton.      

Mon Président, tu es prophète chez toi. Le Ministre d’Etat à l’Enseignement Supérieur, le Recteur de l’université, ton Premier Ministre et le recteur de l’université de Bangui t’ont décerné le titre de Docteur Honoris causa, titre qui n’a jamais été attribué à une haute personnalité dans son propre pays.

Mon Président, toi tu le mérites dans ton propre pays. Sous ton impulsion, l’Université de Bangui compte aujourd’hui plus de 10 000 étudiants sans besoin de renforcer les infrastructures existantes. Grâce à toi,  elle dispose non seulement d’un orchestre mais aussi d’un amphithéâtre de 1000 places qui ressemble à s’y méprendre à une église. Elle fournit chaque année de nombreux diplômés méritants dont un de tes ministres en l’occurrence, Jean-Michel MANDABA  en est devenu « maitrisard ».

Mon Président, contrairement à tes pairs, tu n’as pas fait preuve d’ingratitude. Depuis 9 ans, tu traines après toi les mêmes : NDOUTINGAI ; NGOUANDJIKA ; GAMBI ; OUANDET…Mon Président, tu es sage, tu ne t’es pas débarrassé de Faustin Archange TOUADERA, Premier Ministre depuis  2005 ou encore des anciens comme Elie DOTE ou GAOMBALET qui trône à l’Assemblée Nationale. Le premier est ton suppléant et le second est président de l’Assemblée Nationale. Le temps te donne raison avec l’expérience malheureuse du Président Abdoulaye WADE du Sénégal qui est appelé à passer un deuxième tour  aux élections présidentielles avec un de ses anciens premiers ministres.  

Mon Président, tu as raison d’éviter de faire le vide autour de toi pour ne pas créer tes adversaires politiques de demain.

Mon Président, tu n’hésites pas à monter sur le front pour garder un œil sur les fonds publics. Ton génie a permis le redressement des finances publiques depuis 2004 où tu es l’ordonnateur principal et comptable général. Sous ta houlette, les salaires sont payés régulièrement aux fonctionnaires quitte à faire exploser la trésorerie des banques de la place. Tu es bien placé pour savoir que les problèmes d’arriérés de salaires des fonctionnaires ont été toujours à l’origine de la déstabilisation et renversements des régimes précédents. Les autres dépenses obligatoires (retraites, bourses, prisons, hôpitaux…) peuvent attendre. Les ressources propres de L’Etat peuvent se passer de concours extérieurs.

Mon Président, c’est aussi une bonne idée d’avoir un œil sur la gestion de toutes les entreprises, les offices et fonds spéciaux. Tu sais, des sommes faramineuses sont disponibles dans ses entités publiques. Ce sont des vaches à lait pour les ministres avec la complicité des présidents des conseils d’administration. Tu sais que les ministres NGOUANDJIKA, MALEYOMBO, MBAY sont des milliardaires car ils en ont bien  profité tout en pensant à toi aussi. Tous les fonds publics sont domiciliés sur le compte unique du Trésor à la Banque Centrale. Suite à des audits sectoriels, tu as constaté des cas de détournement mais ton esprit de compromis et ta fidélité t’ont amené à les protéger au lieu de les sanctionner. Cette décision d’un côté t’arrange car ça te permet d’avoir une main mise directe sur tous les fonds publics. Au fond de toi, tu sais que les membres des conseils d’administration ou les dirigeants de ces entités publiques ont tous été choisis par toi et beaucoup sont tes parents. 

Mon Président, le Centrafrique qui hier, était considéré comme un pays à problèmes, secoué par des troubles politico militaires récurrents  connaît une certaine stabilité. Des accords de cessez-le feu et des accords de paix ont été signés et bien appliqués. Grâce à toi, de multiples accords de défense pour sécuriser le régime ont été conclus  avec des pays amis : Tchad, Maroc, Chine, Angola et Afrique du Sud. La coopération militaire avec le Tchad est si agissante que les forces armées centrafricaines (FACA) sont reléguées au second plan, sous équipées et mal organisées et ce sont des soldats tchadiens qui te protègent H 24. C’est cette même armée tchadienne qui t’a aidé à disperser la « horde » de BABA LADE. La situation sécuritaire  est restaurée mais seuls des dégâts collatéraux sont à déplorer.

BABA LADE vit toujours en Centrafrique et promet vengeance. Je te fais confiance et te connaissant, tu as déjà pris les dispositions pour protéger ton peuple.

Les compliments viennent avec aisance lorsque mentir est inutile.

Un de tes compatriotes

 

Jean-Claude Gbaguéné

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion