Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 18:35

 

 

 

 

 

 

 

EXCLUSIF C.A.P !

 

Alors que la question d’un véritable dialogue inter-centrafricain se pose de nouveau avec acuité et que la plupart des Centrafricains y fondent un grand espoir comme meilleure solution pour une sortie de la crise multiforme que connait actuellement la République Centrafricaine tout porte à croire que pour Bozizé il suffit de débaucher quelques figures marquantes de l’opposition démocratique pour les faire entrer dans un gouvernement dont l’essentiel de la configuration  demeurera la même et le tour sera joué.

Sous le coup des fortes pressions internationales auxquelles il est soumis et notamment depuis le récent séjour à  Bangui du président tchadien accompagné de l’émissaire de l’OIF, l’ex-président burundais Pierre Buyoya, il a été obligé de donner des gages d’ouverture et l’impression de tendre la main à l’opposition démocratique et de parler malgré lui de dialogue alors que depuis son hold-up électoral de janvier 2011, il n’a fait que tenir l’opposition, en particulier leurs différents leaders, dans le plus grand mépris, multipliant et alternant injures et menaces de toutes sortes à leur encontre.

Mais en même temps qu’il donne l’illusion de vouloir dialoguer avec l’opposition, il charge discrètement ses proches collaborateurs tels que Mahamat Tahir, Maurice Métho et le député KNK de Mbaiki Mamadou Gari, pour ne citer que ceux-là d’approcher certains membres de l’opposition en vue pour les convaincre d’entrer dans le prochain gouvernement. C’est un procédé tellement malhonnête et qui est aux antipodes d’un vrai dialogue inter-centrafricain tel que l’attendent les Centrafricains.

C’est une inadmissible fuite en avant comme Bozizé nous en a toujours habitués mais qui ne peut résoudre aucun des immenses problèmes auxquels doit faire face le pays. Le dialogue n’est pas nécessairement synonyme de gouvernement et surtout pas d’un gouvernement pour lequel certains membres n’ont même pas été consultés mais constitué juste pour faire un pied de nez aux partis de l’opposition. Une telle méthode est contraire à l’esprit de consensus et de transparence qui doivent prévaloir et caractériser un véritable et sincère dialogue.

Quel est l’intérêt et pourquoi Bozizé a cru devoir ouvrir depuis la semaine dernière des entretiens avec les partis politiques si cela n’est que juste pure façade et qu’une liste de gouvernement est déjà apprêtée pour être rendue publique à l’issue de ces consultations. Le dialogue a pour intérêt de mettre toutes les sources de blocage qui empêchent le pays d’avancer sur la table afin de leur trouver des solutions consensuelles. Ce dialogue attendu doit en outre, résoudre la question du refus systématique de Bozizé d’appliquer ce qui est adopté consensuellement comme solution. Faute de cela, ce n’est pas la peine de tenir un dialogue car ce sera un dialogue inutile de plus et une vraie perte de temps supplémentaire.

Aujourd’hui, les Centrafricains ne peuvent et ne veulent plus se plier encore à une diversion de plus de la part de Bozizé lequel est en proie à d‘inextricables contradictions au sein de son propre clan avec la crise ouverte par l’affaire Ndoutingaï  et consorts aux multiples ramifications. Dans le projet du futur gouvernement tel qu’envisagé par Bozizé dont la composition est parvenue à la rédaction de Centrafrique-Presse par une source proche de la présidence ayant requis un strict anonymat, on peut constater que certains leaders de l’opposition y font leur entrée mais on ne sait pas si c’est avec leur consentement. La rédaction a jugé utile de publier cette liste pour l’édification des Centrafricains. Elle est entièrement disposée à publier tout démenti qui pourrait provenir, soit des personnes dont les noms figurent dans ce projet de gouvernement et qui n’auraient pas été consultées ni donné leur accord, ou de Bozizé lui-même dans le cas où il n’aurait pas envisagé de former un tel gouvernement.

La Rédaction



PM-Bozize-Jousso.JPG

Gvt-Bozize-fantoche-entete-.JPGGvt-Bozize-fantoche-1.JPGGvt-Bozize-fantoche-2.JPGGvt-Bozize-fantoche-3.JPGGvt-Bozize-fantoche-4.JPGGvt-Bozize-fantoche-5.JPG

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique