Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 12:16

 

 

 

 

 

 

Zarambaud

 

Au merveilleux pays des records négatifs,

Des paradoxes et des supers plumitifs, (0)

Ainsi qu’un tonnerre dans un ciel sans nuages

L’incroyable nouvelle avait surpris les sages :

Le puissant Vice – Roi, naguère porte – drapeau

De la philosophie bêlante du troupeau

Venait brutalement de choir (1) dans la poussière

Où l’avait envoyé un coup dans le derrière

Férocement asséné par le brodequin

Du Grand Libérateur le traitant de faquin (2)

Et d’Arsène Lupin qui, sournoisement, trame

Intrigues et complots d’une façon infâme

En vue de perpétrer un sanglant Coup d’Etat

Pour déchoir son mentor (3), le doux Chef de l’Etat,

Si surpris qu’il en devint brusquement aphone (4)

Et usa des rumeurs comme d’un mégaphone.

Nul n’osa invoquer l’adage merveilleux

Qui veut noyer son chien le traite de galeux.

On assista plutôt au concours délectable

De jets de gros cailloux sur l’ancien connétable, (5)

Lequel clamait de plus fort son attachement

Au Grand Libérateur en s’auto-flagellant. (6)

Pourtant un autre baron mandé en Justice

Ayant bénéficié d’une drôle d’armistice

Narguait la misère du Peuple et paradait

En limousine à six portes, en vrai dadais. (7)

D’autres, moins protégés, se morfondaient en tôle,

Ou avaient fui, soit en avion, soit en bagnole,

De sorte que le Gouvernement, amaigri,

Quoique pillant toujours le Trésor dégarni,

Tétanisé, paralysé, perclus d’angoisse

Recherchait en son sein le Jonas de la poisse. (8)

Tout poulet d’élevage en batterie le sait :

Etre blessé, c’est être des autres un met.

Tel Saint-Pierre reniant Jésus en sa posture

Ses chauds protégés crièrent à l’imposture

Et rampèrent aux pieds du Grand Libérateur

Pour vite dénoncer leur ancien protecteur

Qu’en chœur ils chargèrent de la déliquescence (9)

Du régime aux abois et dans la turbulence

Sous l’action conjuguée de vils envahisseurs,

De rebelles sans foi ni loi ni même cœurs,

De la misère noire et du grand tribalisme.

L’ensemble couronné d’un arrogant cynisme,

Les prédations, les attentats aux libertés

Des chauds gouvernants coupés des réalités.

Sous l’impulsion de l’inénarrable (10) Grand homme

Le Grand Libérateur, se proclamant Surhomme

S’était accaparé de très nombreux pouvoirs,

Y compris la gestion illégale d’avoirs

D’innombrables entreprises dites publiques

Qu’il avait confiées à ses partisans iniques

Afin de leur soutirer créances et biens

Faute de bon sens tant pour lui que pour les siens

Et ainsi les précipiter dans la béance

Pour que triomphent la mauvaise gouvernance

Et de belles faillites dont le Monde entier

Glorifierait notre pyromane – pompier.

C’était d’autant plus sûr et même inéluctable

Qu’il n’avait du temps que pour sa secte et sa table,

Sans compter les nombreuses messes de minuit

De l’association secrète siégeant sans bruit

Où majorité, opposition, sans mémoire,

S’entendaient comme fieffés larrons en foire,

Mais s’étripaient le jour venu en ennemis 

           Comme si d’accord ils ne s’étaient jamais mis

Et ainsi trompaient le bon peuple sans vergogne

De sorte que rien ne résultait de sa grogne.

                       Il espérait ravoir ci –bas sérénité

Et se garantir dans les cieux félicité.

Grand arbitre –joueur comme ne fut personne

                      Sur terre et aux cieux son incompétence étonne.

                      Plus la déliquescence foudroyait les yeux

Et plus ses chers griots devenaient audacieux.

           Bridée, caporalisée, radio chantre à triques(11)

 Animée par de grands griots soporifiques (12)

Psalmodiait (13) les prétendues réalisations

Du Grand Libérateur à ses populations,

Insultait opposants et société civile

Mais décrétait tout droit de réponse futile

Afin de préserver les records négatifs

Objectifs gratifiants pour dignes plumitifs.

Le Grand Libérateur n’était nullement dupe

De tous ces flagorneurs attirés par sa soupe

Et, calfeutré dans son palais comme en bunker,

Dans le vain espoir de conjurer le malheur,

Abattu, apeuré, il pleurait en silence

En pensant à la fin de son mandat d’errance

Qui le protégeait des mandats des tribunaux

Pressés de l’envoyer derrière les barreaux.

Bien que fort peu doté de saine intelligence,

Il entreprit de réfléchir comme en enfance

Et crut avoir trouvé la bonne solution :

Proroger son mandat par modification

De « sa » constitution déjà édulcorée (14)

Par « sa » Cour Constitutionnelle et l’Assemblée.

Du côté judiciaire il s’était prémuni

En ajoutant au chef un bon poste interdit

Qui le mettait de fait sous sa nocive coupe

Et  faisait de lui un candidat à la coulpe. (15)

Après avoir compulsé nombre de manuels,

Il mandat urgemment tous « ses » intellectuels,

Forgerons patentés des idées saugrenues (16)

Et il leur demanda son maintien dans les nues.

Si d’autres Présidents avaient réussi le coup,

Pourquoi lui – seul garderait – il la bride au cou ?

Hélas les temps ont bien changé, le pays faible

L’ami historique est devenu intraitable

Et le Peuple, qui n’en peut plus, est en courroux,

Décidé à en découdre avec les ripoux. (17)

En proie aux cauchemars, il vit avec tristesse

Le Peuple le chasser dans une grande liesse.

Tel est le triste sort qu’inflige le destin

A qui broute le dos du Peuple et fait festin

     

                                                           Maître ZARAMBAUD Assingambi

                                                           Bangui fin juin- début juillet 2012

 

 

GLOSSAIRE :

 

Arsène Lupin : personnage des romans policiers de Maurice Leblanc incarnant le gentleman cambrioleur

 

Jonas : Prophète qui attira la fureur de Dieu sur le bateau où il avait embarqué pour tenter de fuir « loin de la présence de l’Eternel », faillit faire le malheur de l’équipage et des autres passagers, et obtint d’être jeté à la mer pour que celle-ci se calme et cesse d’être contraire. Quel ou quels autres Ministres Le Gouvernement jettera – t – il à la mer pour calmer la fureur du Grand Libérateur ?

 

0.     Plumitif : mauvais auteur, gratte – papier

1.     Choir : être entraîné de haut en bas à la suite d’une perte d’équilibre due à un faux mouvement, à une impulsion, à la rencontre d’un obstacle . . . (Mallarmé : « pierre ici bas chue d’un désastre obscur »)

2.     Faquin : individu sans valeur, plat et impertinent

3.     Mentor : guide, conseiller sage, expérimenté

4.     Aphone : privé de voix

5.     Connétable : grand  officier de la couronne

6.     S’auto-flageller : s’infliger des coups de fouet

7.     Dadais : garçon niais et de maintien gauche

8.     Poisse : malchance

9.     Déliquescence : décadence

10.                       Inénarrable : dont on ne peut parler sans rire

11.                       Trique : bâton utilisé comme arme pour frapper

12.                       Soporifique : qui endort

13.                       Psalmodier : parler, dire, réciter d’une façon monotone

14.                       Edulcorer : affaiblir

15.                       Coulpe : péché volontaire entrainant la perte de la grâce

16.                       Saugrenu : bizarre et quelque peu ridicule

17.                       Ripoux : en verlan, langage des jeunes en France, inversion du mot pourri

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion