Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 22:42


bonne-annee

Ouandet.jpg

APA Bangui 05-01-2010 (Centrafrique) Les administrations centrafricaines se trouvent sous la menace de plusieurs réseaux de faussaires lesquels portent atteinte à l’autorité de l’Etat, a déclaré lundi à Bangui, le ministre centrafricain de la sécurité, de l’ordre public et de l’immigration, le Général Jules Bernard Ouandé.

« Malgré les efforts sans relâche, entrepris au quotidien par la police centrafricaine afin de garantir la paix et d’assurer la quiétude sociale, les délinquants, les malfaiteurs et récidivistes développent encore sans scrupule d’autres formes de criminalités et même des actes visant à atteindre les paisibles citoyens et leurs biens », a souligné le général Ouandé, à l’occasion d’un point de presse.

Il a dénoncé le développement dans le pays d’un phénomène d’établissement de faux documents et de contrefaçon de sceaux administratifs. « Les malfaiteurs sont parvenus à la fabrication et à l’assemblage de plusieurs feuillets de faux passeports à ma signature », a-t-il dit.

« Cette situation de fraude documentaire a longtemps pesé sur les différents services administratifs qui ont la responsabilité d’établir les documents authentiques », a poursuivi le général Ouandé.

Selon lui, de faux diplômes, des agréments de commerce illicites, de fausses cartes de réfugiés, de fausses cartes consulaires voire de faux doctorats en médecine sont établis dans les quartiers par un réseau de faussaires qui a fait tomber le pays.

 « La police centrafricaine doit lutter énergiquement contre tous ces fléaux avec la dernière énergie », a martelé le ministre de la sécurité, déplorant que certains faussaires, interpellés et déférés à la maison centrale d’arrêt de Ngaragba, soient libérés au bout de quelques jours seulement et se retrouvent au quartier où ils narguent les forces de l’ordre et la population.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation