Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 06:45

 

 

 

fric en CFA

 

 

Nous sommes arrivés à l'heure de bilan de ce que la bozizie a pompé dans les caisses de l'Etat sur la seule année 2010. BOZIZE ne peut  pas dire qu'il n'était pas au courant puisque ce sont ses proches collaborateurs comme son chef de cabinet particulier, le général de police Joël SINFEI MOIDAMSE, son fils Francis et certains de ses ministres bien connus, dont ceux qui se vantent d’être des milliardaires, qui passaient outre les procédures pour aller régulièrement sortir l'argent du Trésor avec la complicité de ceux-là mêmes qu'il a installés aux manettes à savoir son ami et complice le général d’opérette Guillaume LAPO et son 2ème fondé Boniface YOMBO et bien d’autres hommes de main, etc..

 

C’est pour cela qu’on est encore plus sidéré d’apprendre dernièrement que le chef de l'Etat, par le biais d’un communiqué présidentiel, a pris des mesures visant à sécuriser les recettes de l'Etat. De quoi parle-t-on ? C'est évidemment de la simple poudre aux yeux car tant que la bozizie ne renoncera pas à sa volonté de prédation des moyens de l’Etat et à vivre à son crochet, tant que les auteurs de détournement de deniers publics qui sont pourtant bien identifiés ne seront pas poursuivis devant la justice et bénéficieront au contraire de la protection de BOZIZE lui-même, il n’y aura jamais d’assainissement des finances publiques qui tienne et personne ne pourrait croire à ses déclarations et volonté de combattre la corruption et les malversations dans ce pays.

 

Le PM Elie DOTE a mis en place à l’époque cette procédure sur laquelle BOZIZE revient aujourd’hui. Afin de passer outre et pomper le trésor, il a viré Elie DOTE pour mettre à sa place Faustin TOUADERA qui on le sait, est totalement écarté s’agissant des décisions en matière financière. La preuve en est que le comité de Trésorerie ne sert à rien dans la mesure où tous les dossiers qui sont présentés tous les jeudis ont l'aval de BOZIZE lui-même.

 

C'est lui qui annote les dossiers à régler en fonction de leur importance à ses yeux. Au sortir de chaque comité de trésorerie, la liste des fournisseurs à payer est remise au ministre qui la transmet au DGT Guillaume LAPO. Ce dernier choisi de payer les fournisseurs qu'il veut moyennant 10% de frais de commission au point que les noms de certains fournisseurs reviennent quasiment toutes les semaines sur la liste à payer sans que BOZIZE ne s’en rende compte. Si ce n'est pas le comité de trésorerie qui donne la liste des dépenses, c'est Guillaume LAPO qui usait et abusait des OP dont on se rend compte de l'ampleur du détournement aujourd'hui.

 

C'est donc vraiment ahurissant d'entendre BOZIZE dire aujourd'hui que les recettes de l'Etat doivent être logées à la banque centrale sur le compte du trésor. Cette logique est d’autant plus incompréhensible dans la mesure où l'un des principes du budget qui est l'unicité des caisses de l'Etat n'est pas respecté. La banque centrale ne peut assurer ce type de service car les banques de la place,  pour maximiser leurs profits ou faire de la spéculation, voudraient que les recettes de l'Etat soient toujours virées dans leurs livres. Est-ce sur les conseils du cabinet de consulting du Béninois Abdoulaye BIO-TCHANE qu’il a coûteusement recruté, que ce genre de mesures sont édictées ? La question se pose.


Il n’est point besoin d’aller si loin pour chercher de l’expertise. Des Centrafricains suffisamment compétents en la matière et honnêtes existent pourtant ! La vraie question réside seule dans le manque de volonté politique du régime de BOZIZE d’assainir réellement les finances publiques en mettant fin à l'impunité qui gangrène les régies financières et encourage les auteurs de malversations et de détournements de deniers publics ainsi que les nombreux conflits d'intérêts.


 Une chose est sûre. Toutes les directions des régies financières n'ont pas de fichiers fiables pour répertorier les contribuables susceptibles d'être fiscalisés. La preuve en est l'organisation régulière des opérations coups de poing Cobra qui coûtent trop chères en terme de mobilisation des forces de de l’ordre qu'il faut rémunérer. Ces opérations n'ont jamais vraiment prouvé leur efficacité. A l'issue de chaque opération, ces directeurs se retrouvent dans certaines gargotes de la place pour compter les sous, puis ils se répartissent entre eux une bonne partie avant d'aller remettre peut être le 1/3 seulement au Trésor sans ordre de recettes, sans un document officiel. Tout cela est un secret de polichinelle à Bangui.


Une bonne partie de ces sommes sont versées sur un compte ouvert dans une banque de la place avec la seule signature de ce directeur. Celui-ci est devenu si riche au point d'ouvrir une agence de Transit douanier. Très mal vu par les gbayas du clan au pouvoir, ce dernier a quitté ses fonctions sans être inquiété. D’aucuns disent qu’il  remettrait directement de l'argent à BOZIZE lorsque celui-ci lui passait un coup de fil. Il en va ainsi de la bozizie mais en attendant, conséquence de cette mauvaise gestion chronique, aujourd’hui le pouvoir n’arrête pas de crier que les caisses de l’Etat sont vides. Comment pouvait-il en être autrement !


Rédaction C.A.P

 

 

 

 

MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET                                                                                   REPUBLIQUE  CENTRAFRICAINE

*************                                                                                                                               UNITE - DIGNITE - TRAVAIL

DIRECTION GENERALE DU TRESOR                                                                                                            **********

ET DELA COMPTABILITE PUBLIQUE

            *************

DIRECTION DE LA CENTRALISATION COMPTABLE

            *************

SERVICE DE LA CENTRALISATION COMPTABLE                                                                         Bangui le 14/09/2011

            *************

BUREAU DE REGULARISATION DES DEPENSES

            *************

N°_ /MFB/DIR-CAB/DGTCP/DCC/SCC/BRD, 11

 

ETAT RECAPITULATIF DES DEPENSES PAYEES SUR OP

A CHARGE DE TRESORERIE

EXERCICE 2010

 

 

DEPENSES AU PROFIT DE L’ETAT

DEPENSES AU PROFIT DE BOZIZE ET DE SON CLAN

JANVIER

1  523  773  704   CFA 

558  263  202   CFA 

FEVRIER

2  784  207  955   CFA 

1  421  007  600   CFA 

MARS

2  624  250  028   CFA 

2  328  742  154   CFA 

AVRIL

2  688  917  244   CFA 

1  976  649  059   CFA 

MAI

2  004  563  842   CFA 

1  768  608  000   CFA 

JUIN/JUILLET

1  409  484  798   CFA 

1  109  991  335   CFA 

AOUT/SEPTEMBRE

395  675  800   CFA 

376  909  800   CFA 

OCTOBRE/NOVEMBRE

629  027  210   CFA

537  940  756   CFA

DECEMBRE

616  501  973   CFA

484  314  250  CFA

TOTAL

14  777  402  548   CFA    

9  562  426  156   CFA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie