Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 17:38

 

 

 

jean-ping-19-janvier-2012.jpg


(Le Monde 30/01/2012)


Les dirigeants africains réunis en sommet ont échoué lundi 30 janvier à Addis Abeba à élire un nouveau président pour la Commission de l'Union africaine (UA), son organe clé, et ils se réuniront à nouveau en juin, a-t-on appris de source officielle.

"Aucun des deux candidats en lice ne l'a emporté", après quatre tours de scrutin, entre la ministre de l'intérieur sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma et le président sortant de la Commission, le Gabonais Jean Ping, a indiqué à quelques journalistes dont ceux de l'AFP le président de la Zambie, Michael Sata, à l'issue de la réunion. "La prochaine élection aura lieu en juin", a poursuivi M. Sata, en référence au prochain sommet de l'UA.

En attendant ce prochain sommet, la présidence de la Commission sera assurée par intérim par son actuel vice-président, le Kényan Erastus Mwencha, selon des sources concordantes au sein de l'UA. L'Union africaine ne dispose "pas encore" d'un nouveau chef pour son exécutif, a confirmé à l'AFP le président togolais Faure Gnassingbé.

PING N'ATTEINT PAS LA MAJORITÉ DES DEUX TIERS

Jean Ping a pourtant devancé légèrement sa concurrente, ancienne ministre des affaires étrangères sud-africaine et ex-épouse du président Jacob Zuma, lors de trois premiers tours de vote lundi matin (28 contre 25, 27 contre 26, puis 29 contre 24 voix), a-t-on appris selon ces sources.

Mme Dlamini-Zuma a été alors contrainte par le règlement de retirer sa candidature, mais M. Ping, désormais seul en lice, n'a cependant pas atteint la majorité des deux tiers requise par les statuts de l'organisation, selon ces sources.

Il a obtenu lors de ce quatrième tour 32 voix, et 20 bulletins blancs, alors qu'une majorité qualifiée de 36 voix était nécessaire. A l'annonce de l'échec de M. Ping, une dizaine de membres de la délégation sud-africaine ont dansé de joie pendant plusieurs minutes dans les couloirs de l'hémicycle, a constaté un journaliste de l'AFP.

LEMONDE.FR avec AFP | 30.01.12 | 12h54

© Copyright Le Monde

 

 

NDLR : "A l'annonce de l'échec de M. Ping, une dizaine de membres de la délégation sud-africaine ont dansé de joie pendant plusieurs minutes dans les couloirs de l'hémicycle". Au de-là de l'échec du gabonais Ping à se faire réélire, cela en dit long sur son impopularité à la tête de cette institution à la voix inaudible et dont l'incapacité à résoudre les graves problèmes africains se fait chaque jour de plus en plus évidente et affligeante. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE