Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 11:35

 

 

 

 

 UDPP-logo.JPG

 

UNION DEMOCRATIQUE DU PEUPLE POUR LE  PROGRES                                

Unité- Justice-Travail 

 

 BP : 2802/ Poste Centrale

Bangui (Centrafrique)

Tel : 75736278

 

 

                     COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Le Bureau de l’Union Démocratique du Peuple pour le Progrès par la presse l’accord triennal conclu entre le FMI et la République centrafricaine, accord relatif à la facilité élargie de crédit (FEC) d’un montant de soixante trois millions deux cent mille (63,2) dollars US, soit trente un (31) milliards de francs CFA. Il observe avec étonnement l’euphorie et le triomphalisme qui agite le pouvoir depuis l’annonce de cette nouvelle et tient à dire ce qui suit :

 

Ce  n’est pas la première fois que le régime de Monsieur Bozizé va disposer de concours financiers de cette importance. Dès sa prise de pouvoir, le régime de Bozizé avait bénéficié d’appuis financiers substantiels des institutions et des gouvernements de la CEMAC ; en deux ans, il a reçu des aides que Patassé n’avait eues en 9 ans et demi. Tous ces appuis financiers n’ont servi à rien, dans la mesure où la Centrafrique croule sous le poids de la misère jamais atteinte que les autorités feignent d’ignorer. La faim faute de production vivrière suffisante, la mortalité indescriptible faute de couverture sanitaire efficace etc. sont la conséquence d’une gestion calamiteuse et un manque ahurissant de vision économique dont fait montre le régime en place.

 

Les fonctionnaires centrafricains continuent de consentir d’énormes sacrifices depuis le fameux « Sursaut patriotique » du 15 Mars 2003 de Bozizé pour contribuer au redressement des finances publiques. Ils sont victimes d’une ponction salariale de 20 à 25% pour tous les salaires à partir de 200.000 francs. Cette mesure, pourtant ponctuelle, perdure et constitue un manque  à gagner colossal qui se chiffre à des milliards par an depuis plus de 9 ans !

 

Les personnels d’appuis de certains ministères clé accusent des retards tutoyant les 3ans les poussant à observer des grèves sévères pour réclamer le payement intégral de leurs dus. Les hôpitaux manquant cruellement d’équipements, de médicaments et de personnel soignant conscients et compétents deviennent des mouroirs. Les laboratoires n’ont plus des réactifs pour des examens indispensables pour des soins appropriés. Tout ceci contraint les plus fortunés à aller se soigner à l’étranger.

 

L’insécurité endémique, dont le lit a été fait par la rébellion de Bozizé qui avait utilisé des mercenaires pour finalement les abandonner dans la nature, empêche les paysans de vaquer à leurs  travaux champêtres. Conséquence : la production vivrière est presque nulle et la famine s’installe, la pauvreté aussi. Notre pays occupe le 171ème rang sur 177 étant l’un des 6 pays les plus pauvres de la terre ! ET la faute, c’est l’Opposition !

 

Pour couvrir cette situation catastrophique, le régime clanique de Bangui terrorise et muselle l’opposition en interdisant ses réunions publiques et en l’empêchant de s’exprimer sur les antennes des médias publics.

 

Vu la propension morbide à la prédation, trait caractéristique du Pouvoir, il est à craindre que ce pactole, brandit comme le couronnement de la politique menée par le gouvernement, prenne allègrement une autre destination. C’est pour cela que l’UDPP invite instamment  le peuple centrafricain à plus de vigilance quant à l’utilisation de cet argent que nos enfants auront, à terme, à rembourser et demande au gouvernement à informer amplement le peuple sur ce qu’il entend en faire.

     

Fait à Bangui le 3 juillet 2012

 

  

  

Le Président

  

  

  

  

MAITART Djim-Arem

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique